email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Deborah Micheletti • Productrice

CLOSING THE GAP

- Cineuropa a rencontré la productrice espagnole Deborah Micheletti, qui fait partie des participants à la formation Closing The Gap

Deborah Micheletti • Productrice

Cineuropa a rencontré la productrice espagnole Deborah Micheletti, qui fait partie des participants à la formation Closing The Gap.

Pouvez-vous vous présenter brièvement, ainsi que les films que vous avez produits?
Je suis productrice et responsable du département développement international chez Los Sueños de la Hormiga Roja, une maison de production espagnole spécialisée dans les documentaires historiques et créatifs. Le film que nous produisons s’appelle The Secret of the Trees. C'est un long métrage documentaire créatif avec certains passages d’animation. Il relate l’odyssée d’un soldat polonais, Jacek Lopuszanski, qui a survécu à la déportation dans les goulags en Sibérie pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il s’agira d’une coproduction germano-hispano-polonaise.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Aviez-vous déjà de l’expérience dans la production avant de participer au programme Closing the Gap ?
Oui, un peu. J’ai commencé à travailler pour cette société en 2009, mais je n’irais pas jusqu’à dire que je suis une productrice expérimentée.

De quelles manières le programme Closing the Gap a-t-il enrichi votre expérience ?
Cela m’a permis de découvrir de l’intérieur un monde auquel les producteurs indépendants ne pensent pas en général, dont ils ne font pas partie : celui des investisseurs privés. Avant Closing the Gap, j’étais assez sceptique quant à ce genre de collaboration ; maintenant, elles sont pour moi une solution comme une autre.

En quoi votre film a-t-il bénéficié de votre participation à Closing the Gap ?
Nous avons réussi à créer un business plan solide que nous avons adapté aux différentes personnes que nous avons contactées : producteurs, directeurs éditoriaux, sources financières. C’était bien de pouvoir disposer d’experts internationaux pour évaluer le projet. Cela nous a aidés à nous concentrer et à simplifier le projet de façon à ce qu’il soit mieux compris.
Cela a aussi été profitable pour nous permettre de voir de l'intérieur le monde du transmédias et du crossmédia, ce qui est fondamental aujourd’hui pour les productions indépendantes. Nous avons réutilisé ce savoir dans d’autres projets que nous avons développés avec un certain succès, aussi bien pour la partie transmédia que pour la partie du financement participatif et du marketing viral.

Quelles ont été les leçons les plus importantes que vous avez apprises pendant ce programme de formation ?
Il faut simplifier les choses au maximum : avoir un bon plan stratégique qui recouvre tous les aspects de la production et aussi prendre en considération toutes les possibilités.

Où votre film en est-il aujourd’hui ? Pensez-vous qu’il en serait au même point sans votre participation à Closing the Gap ?
Nous sommes en train de finaliser le développement et d’essayer de lever des fonds afin de pouvoir commencer la production. Grâce à Closing the Gap, nous avons trouvé notre coproducteur allemand, Michael Geidel de Miriquidi Film, donc il est clair que nous n’en serions pas où nous en sommes sans Closing the Gap.

Recommanderiez-vous le programme Closing the Gap aux autres producteurs ? Quels avantages peuvent-ils espérer obtenir de cette expérience ?
Je le recommanderais aux producteurs moins expérimentés. Ce programme est une opportunité pour améliorer leurs compétences en termes de planification stratégique, pour rencontrer d'autres producteurs et se faire un réseau dans une ambiance détendue, et pour se lancer. C'est une bonne première expérience car elle se fait de façon privée et amicale.


En partenariat avec

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.