email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Per Fly • Réalisateur

"Je voulais créer d'autres images qui correspondent à sa vie"

par 

- Per Fly parle de Valse pour Monica, le film suédois le plus populaire de l'année 2013.

Per Fly • Réalisateur

La chanteuse Monica Zetterlund, celle qui osa faire du jazz en suédois, est de fait une des icônes de la culture scandinave. Le Danois Per Fly a voulu lui consacrer un long métrage, intitulé Waltz for Monica [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Per Fly
fiche film
]
, qui est devenu le film suédois le plus populaire de l'année, notamment grâce à la brillante interprétation de la chanteuse Edda Magnason dans le rôle principal. Le film a aussi été projeté au Festival de Marrakech dans le cadre de l'hommage consacré cette année par l'événement à la Scandinavie. Sur place, le réalisateur s'est entretenu avec Cineuropa sur ce film, son premier projet avec Creative Alliance, la société de production qu'il a fondée avec ses collègues danois Lone Scherfig et Thomas Vinterberg avec l'objectif de faire des films en anglais s'adressant au marché international.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Pourquoi avez-vous décidé d'ignorer dans le film certains détails tragiques de la vie de Monica Zetterlund, comme sa maladie et sa mort, et de terminer votre récit sur un de ses moments les plus heureux ?
Per Fly : La plupart des Scandinaves savent que Monica Zetterlund a péri brûlée dans son lit en 2005, à un moment où elle était complètement esclave de son alcoolisme. Quand j'entends son nom, c'est la première image qui me vient à l'esprit, et c'est pareil pour beaucoup de gens. Mais elle a été beaucoup plus que cela. Je voulais créer d'autres images qui correspondent à sa vie et qui devraient être celles dont on se souviendra.

Comment Edda Magnason a-t-elle procédé pour se transformer en cette héroïne ?
Quand je me suis lancé dans ce projet, je savais que le rôle de Monica serait compliqué et je cherchais une actrice, pas une chanteuse ressemblant à Monica. Et puis, Edda m'a envoyé une démo. Elle était exactement ce que je ne voulais pas : une chanteuse ressemblant à Monica. Et pourtant, d'emblée, j'ai vu que la caméra l'aimait et qu'elle avait beaucoup de personnalité. Quand j'ai commencé à travailler avec elle, je me suis rendu compte qu'en plus, elle jouait bien. Après six mois de préparation pour son rôle, elle est devenue encore meilleure.

En 2013, vous avez fondé votre propre société de production avec des collègues scandinaves.  Quels sont les objectifs de Creative Alliance?
L'objectif principal est de produire des projets en anglais qui soient solvables et de faire des coproductions avec d'autres sociétés. Nos cinq principes de base sont les suivants : collaboration, originalité, persistance, honnêteté et internationalisation.

Parmi les premiers projets de votre maison de production figure Backstabbing for Beginners, réalisé par vous. Pourquoi choisir un sujet aussi controversé et évoquer le plus grand scandale de l'histoire de l'ONU ?
Nous avons pour ce film des ambitions internationales. J'ai décidé de raconter cette histoire parce qu'elle montre une réalité : le fait que les bonnes intentions peuvent se muer en cupidité quand on les applique à grande échelle et la difficulté de manoeuvrer dans un monde où le bien et le mal ne sont pas définis et où il est presque impossible de ne pas être corrompu. Oil for Food [l'ancien programme d'aide à l'Irak qui a donné lieu à des pots-de-vin, des scandales sexuels et des collaborations avec Saddam Hussein] est considéré comme le plus gros scandale de corruption de l'Histoire. Difficile de résister à l'envie de le raconter sur le grand écran.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi