email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Erik Gustavson • Réalisateur

Un “Ibsen in love” à la norvégienne

par 

- Le réalisateur scandinave aux prises avec un film sur le séjour en Italie du gran dramaturge: “C'est le projet le plus ambitieux que j'ai jamais suivi”

Erik Gustavson • Réalisateur

La manifestation Regards du Nord le cinéma au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède a présenté ces jours-ci à Rome, une série de films venus du Nord. Parmi eux deux films, Telegrafisten (Le télégraphiste) et Sofie Verden (Le monde de Sofia), du réalisateur Erik Gustavson, norvégien depuis toujours amoureux de l’Europe du Sud. Il revient derrière la caméra pour raconter les années du séjour italien de l’auteur dramatique norvégien Henrik Ibsen, avec le film Playing Ibsen.
Un projet ambitieux qui verra sa société de production, Cylinder Productions, fondé par le même réalisateur en 1980, collaborer avec de nombreux partenaires internationaux, parmi lesquels l’italien Promoteo.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Comment est née l’idée de parler de la période ‘italienne’ de Ibsen?
«Comme beaucoup d’artiste scandinaves de l’époque, Ibsen arrive à Rome pour une sorte d’exil volontaire, fasciné par la langue, les traditions, la culture du Sud.
Ibsen vivait en Norvège une situation de grand conflit avec ses contemporains, et il passa 28 ans à l’étranger, au cours desquels il écrivit bon nombre de ses œuvres les plus célèbres, parmi lesquelles ‘Peer Gynt’, écrit entre Rome et l’île de Ischia.
Dans le film, que nous pourrions définir une sorte de ‘Shakespeare in love’, Ibsen tombe amoureux d’une ‘signorina’ italienne, même s’il a déjà une famille, ce qui influence sa créativité et son œuvre ».

Avez-vous eu beaucoup de difficultés à trouver les financements?
«Oui, de nombreuses! Le projet est en chantier depuis longtemps et ça a été très dur de trouver l’argent suffisant pour un projet de cette envergure, parce que ce n’est pas un film commercial mais principalement artistique, basé sur des personnages plus que sur l’histoire. Le scénario est très bon, écrit par l’un des plus importants écrivains contemporains norvégiens, Lars Saabye Christensen et a reçu des retours très positifs des distributeurs américains et d’auteurs britanniques et américains. Le film est pensé pour une distribution internationale il sera tourné en anglais à Rome, et probablement aussi dans les îles de Ischia et Ventotene, mais il y a encore beaucoup de difficultés devant nous, même si nous avons de bons partenaires ici en Italie».

Quand commencera le tournage?
«Tout dépend des financements, mais je pense que nous commencerons dès la semaine prochaine, peut-être au mois de juin, il sera prêt pour le festival de Berlin édition 2005 et successivement distribué dans le monde entier par une major américaine.
Il n’est pas impensable qu’il pourrait être prêt avant cette date, mais nous verrons comment iront les choses car nous avons encore deux ans devant nous.
Playing Ibsen est un projet totalement différent de mes films précédents, c’est l’un des plus importants de ma vie comme réalisateur».

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.