email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Tonia Mishiali • Directrice artistique, Cyprus Film Days

"Nous tentons de déployer nos ailes davantage"

par 

- Cineuropa a rencontré Tonia Mishiali, qui fait partie des directeurs artistiques du Cyprus Film Days, pour parler du présent et de l’avenir de ce rassemblement national qui a de l’ambition

Tonia Mishiali  • Directrice artistique, Cyprus Film Days

Le Festival International Cyprus Film Days, qui célèbre son 15e anniversaire, est l’évènement cinématographique le plus important du pays. Cineuropa a eu l’occasion de rencontrer Tonia Mishiali, qui fait partie des directeurs artistiques du festival (au côté de Dr Costas Constandinides et Marios Stylianou, qui constituent également le comité artistique), pour parler du présent, mais surtout de l’avenir de ce rassemblement chypriote qui a de l’ambition.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Quels défis représente l’organisation d’un festival du film dans petit pays tel que Chypre ?
Tonia Mishiali : Il n’est pas difficile de faire vivre un festival du film à Chypre, pour autant que l’évènement soit organisé par des passionnés qui disposent des connaissances nécessaires. Les choses se compliquent lorsqu’il faut trouver la manière de subvenir aux besoins d’un festival à petit budget qui ne cesse de croître et qui gagne une certaine notoriété à travers le monde. Bien que ce rassemblement soit reconnu comme étant l’un des évènements culturels les plus importants et les plus grands à Chypre, nous nous efforçons depuis quelques années de le rendre plus compétitif et international.

Avez-vous adopté une stratégie pour devenir plus compétitif sur le marché international ?
Nous tentons de déployer nos ailes davantage et de nous rapprocher du circuit de festivals internationaux en incitant des spectateurs et des professionnels étrangers à participer au côté du public chypriote. C’est pour cette raison que nous envisageons de mettre en place un mini-marché du film qui, conjointement à une série de séminaires de coproduction plus réguliers, pourrait progressivement transformer le festival en un point de rencontre central pour l’Europe, l’Asie et l’Afrique, les trois continents qui entourent l’île. C’est notre principal objectif pour les années à venir.

Pensez-vous que la situation géographique de Chypre influence votre sélection ?
Sans aucun doute. Notre situation géographique est un facteur important que nous prenons en considération pour la sélection des films et la nature du festival. Nous espérons qu’au cours des prochaines années, nous disposerons d’un plus large marché avec lequel travailler, tout en conservant l’essence du festival en encourageant les professionnels des pays voisins à participer activement à nos séminaires ainsi qu’aux autres évènements que nous allons proposer.

Quelles sont les nouveautés de cette édition, par rapport aux précédentes ?
Notre objectif reste le même : présenter des chefs-d’œuvre et des découvertes internationales, des films qui se distinguent par leur consistance artistique, mais aussi par leur vision anthropocentrique tout en proposant un commentaire social acerbe. Cette année, nous avons reçu des soumissions pour des films importants. Cela nous aide à créer une section de haut niveau qui satisfera les spectateurs nationaux et de proposer des films d’une grande valeur artistique à un jury international. En outre, le petit nombre de films autorisés à participer à la compétition et la période durant laquelle le festival est organisé nous permettent de diffuser des films qui ont déjà fait leurs preuves dans le circuit de festivals. Par ailleurs, nous faisons notre possible pour présenter des films provenant des pays et continents voisins. L’intérêt que nous avons suscité cette année par rapport aux années précédentes nous incite à préserver cet aspect ‘’tricontinental’’ du festival.

Cyprus Film Days est le festival officiel du pays. Sentez-vous qu’il est de votre devoir de présenter toutes les productions nationales ?
Tous les festivals officiels ont une compétition nationale. Dans notre cas, les productions chypriotes n’abondent pas, nous ne pouvons donc pas en organiser une chaque année. Notons que nous avons récemment connu une augmentation de la production : nous avons organisé notre première compétition nationale en 2015 à laquelle quatre films ont participé. C’est pourquoi nous nous sentons obligés de présenter une production chypriote lorsque nous en avons une. Nous ne voulons pas pour autant inclure dans notre sélection des films chypriotes qui n’en valent pas la peine, mais nous sommes convaincus que soutenir les productions nationales est extrêmement important. Par exemple, deux films chypriotes remarquables seront présentés cette année : Rosemarie [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Adonis Florides et Boy on the Bridge [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Petros Charalambous. Tous deux pourraient être en compétition à la section internationale du festival. Florides a également remporté le prix du Meilleur film, qui lui a été remis par un jury international (lire l’article). Cela rend la communauté chypriote très fière. Seul un autre réalisateur a remporté ce prix auparavant, Yiannis Economides, mais c’est la première fois qu’une production entièrement chypriote remporte le premier prix du festival.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy