email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Sergio Castellitto • Réalisateur

"Fortunata, une tragédie grecque en bourgade"

par 

- CANNES 2017 : Sergio Castellitto nous parle de Fortunata, présenté au Certain Regard, et de la manière dont il a façonné le rôle de cette femme de banlieue pour Jasmine Trinca

Sergio Castellitto  • Réalisateur
(© A. de Moraes Barros Filho / Getty Images / Festival de Cannes)

“Les intellectuels s’habillent de noir ; les pauvres, de couleurs. Fortunata, interprétée par Jasmine Trinca porte une mini-jupe et un débardeur, c’est une véritable petite racaille.’’ Le jour de la sortie de Fortunata [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sergio Castellitto
fiche film
]
, présenté à la section Un Certain Regard du Festival de Cannes, le réalisateur Sergio Castellitto nous explique la manière dont il a façonné le rôle de cette femme de banlieue pour Jasmine Trinca, qui avait déjà joué le rôle principal de You Can’t Save Yourself Alone. [+lire aussi :
bande-annonce
making of
interview : Sergio Castellitto
fiche film
]
Peu après la montée des marches et déjà fort d’un bon résultat au box-office dès le premier jour de la sortie du film avec Universal, Sergio Castellitto et sa femme Margaret Mazzantini, qui a écrit le scénario, ont répondu en tandem aux questions sur la genèse de cette histoire de marginalisation et de résistance, que beaucoup ont comparée à Mamma Roma de Pier Paolo Pasolini. “Cela fait 20 ans que l’idée d’un personnage féminin tel que celui-là mûrit dans ma tête, nous explique Margaret Mazzantini – un personnage qui pourrait être fille d’Italie, la protagoniste de À Corps Perdus, interprétée par Penelope Cruz. En réalité, Fortunata aurait également due être interprétée par l’actrice espagnole, mais au fil du temps, j’ai rencontré Jasmine et j’ai découvert une femme forte et talentueuse. J’ai donc réécrit l’histoire. Fortunata est une combattante qui se bat à mains nues dans la boue, entourée d’Arabes qui s’adonnent à la prière et de Chinois qui pratiquent le tai-chi, une sorte d’armée symbolique qui a envahi notre banlieue. C’est une tragédie grecque à Tor Pignattara’’.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

Après tant de films réalisés ensemble, comment votre travail créatif en couple évolue-t-il ?
Sergio Castellitto : Film après film, je considère Margaret comme une auteure, elle l’est plus que je ne le suis. Son premier scénario a subi des modifications à mesure que les personnages changeaient et que le film était édité. Elle s’en est également occupée pendant que je partais à Londres rejoindre notre fille, épuisé après le tournage. Fortunata est un film qui repose fortement sur le scénario, mais à l’image d’une cage dont la porte reste ouverte, nous sommes prêts à recevoir des suggestions en cours de route. 

Vous vous concentrez à nouveau sur la banlieue...
C’est également une caractéristique de l’écriture de Margaret, qui s’est toujours intéressée aux plus marginalisés et aux zones les plus délaissées de la société. Il faut souligner que les classes existent encore, en dépit de ce que certains en disent, et qu’il en est de même pour la droite et la gauche. Sinon, nous ne connaîtrions pas les conflits sociaux épouvantables d’aujourd’hui. Essayez de voyager de Tor Pignattara à Parioli, vous y découvrirez un monde différent, peuplé de Sri Lankais et de Chinois. Là où se trouvait autre fois l’Accattone de Pasolini, se trouvent aujourd’hui des Sri Lankais. Dans la scène d’ouverture de Fortunata, nous voyons une grande étendue de béton où des Chinois se réunissent pour pratiquer une activité physique, vient ensuite l’aqueduc romain et enfin, un immeuble d’architecture fasciste : voilà à quoi ressemble Rome.

Que répondez-vous à ceux qui pensent que vous rendez les récits littéraires et cinématographiques trop populaires ?
Que nous sommes très attachés à la valeur éducative du cinéma et que nous avons eu la chance de toujours obtenir une bonne réaction du public. Je considère les lecteurs et les spectateurs comme des personnes dotées d’intelligence et non comme une masse indistincte à l’instar de beaucoup. Depuis hier soir, avec la sortie dans les salles italiennes du film, nous recevons de nombreux tweets de femmes qui se reconnaissent dans Fortunata...

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi