email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CINEMED 2018 Industrie

Sandra da Fonseca • Productrice

"Une jeune cinéaste italienne, c’est précieux"

par 

- Rencontre avec la productrice française Sandra da Fonseca qui parle du projet Domina Maris de l’Italienne Silvia Perra, à l'occasion des Cinemed Meetings

Sandra da Fonseca • Productrice

Productrice pour la société parisienne Blue Monday Productions auprès de Bertrand Gore et de Nathalie Mesuret, Sandra da Fonseca compte à son actif À peine j’ouvre les yeux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Leyla Bouzid
fiche film
]
de Leyla Bouzid (prix du public et Label Europa Cinemas aux Giornate degli Autori de la Mostra de Venise 2015) et Jeune femme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Léonor Serraille
fiche film
]
de Léonor Serraille (Caméra d’Or à Cannes en 2017). Nous l’avons rencontrée au 40e Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier où elle a pitché à la Bourse d’aide au développement le projet Domina Maris de l’Italienne Silvia Perra, un projet qui associe la structure sarde Ombre Rosse Film Production (Luca Cabriolu) et qui vient de remporter MIA de Romr le prix ARTE Kino International.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Qu’est-ce qui vous a séduit dans le projet Domina Maris ?
Sandra da Fonseca
 : C’est avant tout une rencontre avec une réalisatrice. J’ai découvert La finestra, le film de fin d’études de Silvia Perra au Centro Sperimentale di Cinematografia, lors du festival Premiers Plans d’Angers. J’ai pris contact avec elle et j’ai aussi apprécié un autre de ses courts, Il bambino, son film de 3e année d’école, un sujet délicat traité avec une grande justesse, beaucoup de subtilité, de sensibilité et de maturité pour une cinéaste de 25 ans. Nous sommes donc partis ensemble sur le projet Domina Maris. C’est une coproduction avec l’Italie ayant démarré très en amont, ce qui est assez rare. Nous avons maintenant une première version de scénario avec une histoire se situant un peu entre Respiro [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d’Emanuele Crialese et Home [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Thierry Spicher
interview : Ursula Meier
fiche film
]
d’Ursula Meier, et qui se passe en Sardaigne, d’où est originaire la réalisatrice. Le point de vue est celui d’un garçon de 12 ans, dans une famille venant de perdre la mère et dans laquelle il y a trois autres enfants que le père élève seul. Juste à côté, les oncles ont ouvert un village touristique qui va chambouler les habitudes de vie de cette famille de paysans très proches de la nature. Et le jeune garçon rencontre une touriste française qui lui rappelle beaucoup sa mère. C’est juste le point de départ du film, pour ne pas en dire trop. Si tout va bien, nous espérons tourner à l’automne 2019.

Après À peine j’ouvre les yeux et Jeune femme, c’est de nouveau un projet de premier long signé par une réalisatrice. Est-ce une coïncidence ?
Les premiers longs, c’est logique à ce stade de mon travail puisque je suis une jeune productrice. Quant à l’aspect réalisatrices, ce n’est pas une règle absolue puisque le premier court que j’ai produit était réalisé par un homme, mais je suis sans doute plus sensible à ce que les réalisatrices racontent et à la manière dont elles le racontent. D’ailleurs, une jeune cinéaste italienne, c’est précieux car les statistiques européennes dévoilées lors des Assises sur la parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma (récemment organisées à Paris) montrent que la présence des femmes dans l’industrie cinématographique italienne est à un niveau vraiment catastrophique. 

Ce qui caractérise néanmoins davantage Blue Monday Productions, c’est que nous ne produisons pas énormément, mais que nous passons énormément de temps sur chaque projet, en travaillant en profondeur à partir d’un désir très fort. Notre ligne éditoriale, c’est un cinéma d’auteur au sens large, ouvert sur le monde contemporain. Il faut aussi savoir se réinventer et ce n’est jamais gagné d’avance. Nous faisons également de plus en plus de coproductions européennes, même si nous préférons quand même œuvrer en délégué pour être au cœur des projets. Enfin, la fidélité est aussi un ingrédient important pour nous avec par exemple un 5e long métrage avec Nadir Moknèche ou un 3e avec Christophe Blanc

Quels sont les projets actuels de Blue Monday ?
Just Kids de Christophe Blanc (lire article) est en post-production, la coproduction Les Châtelains de Véro Crazborn (article) en tournage, Petite leçon d’amour d’Ève Deboise en financement, Une histoire d’amour et de désir de Leyla Bouzid en début de financement, et les prochains film de Nadir Moknèche et de Léonor Serraille en écriture.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy