email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ANNECY 2019

Gints Zilbalodis • Réalisateur de Away

"Je travaillais seul dessus depuis longtemps, je ne savais vraiment pas si les gens allaient aimer ou pas"

par 

- Nous avons discuté avec le réalisateur letton Gints Zilbalodis de son film d'aventures animé Away, un conte de fées ou presque, qui a été projeté au Festival d'Annecy

Gints Zilbalodis  • Réalisateur de Away

Away [+lire aussi :
critique
interview : Gints Zilbalodis
fiche film
]
, film d’animation réalisé par le letton Gints Zilbalodis, est une aventure proche du conte de fées, l’histoire d’un héros anonyme poursuivi par une créature sombre et malveillante à travers un paysage luxuriant. Avec pour seule compagnie celle des animaux, notre héros est en quête de sécurité dans cet environnement aussi beau qu'étrange. Le film laisse de côté les dialogues pour créer un univers riche et agréable, un monde merveilleux et redoutable à la fois.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Away est le développement d’Oasis, court-métrage que Zilbalodis a réalisé en 2017, lui-même nominé plusieurs fois en Lettonie. C’est un film remarquable à plus d'un titre. Non seulement il ne ressemble pas aux films d’animation traditionnels associés à la région balte (c’est un film en 3D parfaitement exécuté) mais il représente, pour un animateur de dessin animé, une immense prouesse technique. Zilbalodis a tout fait en solo, de l’animation à la musique en passant par le montage. Seul maître à bord, le film témoigne de la vision unique et de l'engagement d’un animateur dont les futures réalisations seront désormais très attendues.

Présent à l’Animafest Zagreb et au Festival du film d’animation d’Annecy, Cineuropa a rencontré Zilbalodis pour lui demander comment le film s'était fait.

Cineuropa : Pourriez-vous nous parler de vous ?
Gints Zilbalodis : J’ai réalisé sept courts-métrages, deux en 2-D, un en prise de vues réelles et quatre en 3D. Away est mon premier long-métrage.

Quelles sont vos influences ? Le film semble particulièrement différent de vos ce que vous faites habituellement, des réalisateurs que l'on pourrait qualifier de typiquement baltes. On a ici l’impression que vous avez subi différentes influences, des séries animés japonaises aux jeux vidéo.
Away a été influencé par différentes choses. I Am Cuba (1964) et Y tu Mamá También (2001) ont inspiré les longues prises de vue, mais aussi des séries télévisées comme Conan, le fils du futur (Future Boy Conan), film d'animation japonais de science-fiction qui date de 1978 et décrit un univers post apocalyptique. Ce film, réalisation du légendaire Hayao Miyazaki, illustre parfaitement de l’incroyable construction du monde. Il y a encore des groupes et des musiciens comme Sigur Rós, Trent Reznor et Atticus Ross, Max Richter, et Gustavo Santaolalla mais également des jeux vidéo comme Journey et Shadow of the Colossus. Je voue une admiration particulière à l'œuvre d’Haruki Murakami.

On peut décrire la production de ce film comme l'œuvre d’un " homme-orchestre ". Pourriez-vous nous parler plus précisément du processus de production et du temps que vous avez mis pour faire le film ?
Il m’a fallu trois ans et demi. J’ai décidé de le diviser en quatre chapitres. Cela m’a aidé à passer en douceur du format court-métrage à celui du long-métrage. En procédant ainsi, structurer le film a été plus simple, ça a également faciliter la recherche du financement. Ni storyboards, ni script. C’est parce que j’étais seul que j’ai pu le faire.

Vous présentez votre film à Annecy et Zagreb. Qu’est-ce que cela représente pour l’animateur que vous êtes et comment espérez-vous que le public va réagir ?
Je suis vraiment content que le film soit enfin terminé et qu'il soit distribué. J’ai mis beaucoup de temps à le faire, j’étais seul et je ne savais pas si les gens l’aimeraient ou pas. Je suis donc ravi qu'il soit présent dans autant de festivals. Cela m’encourage et c’est source de motivation pour mon prochain film.

Et à quel film peut-on s’attendre ?
Je vais adapter mon court-métrage, Aqua (2012). Il s’intitulera Flow. Je viens à peine de commencer mais dès que l’histoire sera un peu plus étoffée, je ferai en sorte de m’entourer de quelques personnes pour m’aider.

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi