email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

Belgique / France / Pays-Bas

Lukas Dhont • Réalisateur de Close

"Le langage du corps c’était celui avec lequel j’avais envie de me lancer dans le cinéma"

par 

- Rencontre avec le jeune réalisateur flamand à l’occasion de la sortie de son film, Grand Prix du Jury à Cannes, en France et en Belgique

Lukas Dhont • Réalisateur de Close

Rencontre avec le jeune réalisateur flamand Lukas Dhont, à l’occasion de la sortie de Close [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lukas Dhont
fiche film
]
, son deuxième long métrage (après le très réussi et très remarqué Girl [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lukas Dhont
fiche film
]
sorti en 2018). Présenté à Cannes en Compétition, Close y a reçu le Grand Prix du Jury. Il sort le 1er novembre en France (distribué par Diaphana) et le 2 novembre en Belgique (distribué par Lumière).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Cest un deuxième long métrage, et un projet très personnel ?
Lukas Dhont :
Le sujet central du film, c’est l’amitié. C’est l’histoire de deux garçons de 13 ans, Léo et Rémy, qui sont meilleurs amis depuis toujours. Un jour, un évènement inattendu va tout changer pour eux, bouleverser leur vie, et remettre en question leur amitié. C’est effectivement un film très personnel, même si je pense que c’est une expérience universelle, nous avons tous et toutes connu des amitiés qui ont évolué au fil des années. On a tous perdu un ami à un moment de notre vie.

On trouve certainement dans Close certains échos avec Girl, des thèmes qui reviennent, notamment la violence que cela représente de devoir se conformer à une certaine norme, de ne pas pouvoir être soi-même, d’être soumis à une certaine vision de la masculinité, ne pas pouvoir assumer sa fragilité.

Le film parle de quelque chose dassez marquant que lon ignore pourtant souvent, le fait quarrivés à un certain âge, les jeunes garçons sont coupés de leurs sentiments, les sentiments, on les laisse aux filles…
Oui, c’est une question qui me touche beaucoup. Il y a des recherches qui ont été faites sur cette question, je me souviens avoir lu le travail d’une psychologue américaine, Niobe Way, qui avait suivi des garçons entre 13 et 18 ans. Ce qui m’avait bouleversé, c’est qu’elle avait constaté qu’à 13 ans, les garçons parlaient encore de leurs amitiés, ils parlaient de leurs histoires d’amour, sans gêne. La relation à l’autre restait très importante pour eux, ils étaient encore dans une certaine pureté de cette relation, mais à l’adolescence, tout changeait pour eux. Soudain il fallait être dans la performance, il fallait être cool. Et être stoïque, étranger aux sentiments, sûr de soi, c’était vu comme cool. J’avais envie de parler de ça, de la perte de cette relation d’intimité entre deux jeunes garçons.

Qu’est-ce qui vous tenait le plus à coeur de transmettre avec cette histoire ?
Il y a deux choses je pense. D’abord, je voulais créer des images qui montrent à voir une vraie intimité, et une vraie tendresse entre deux jeunes garçons. On vit dans un monde où il y a beaucoup d’images d’hommes qui ont des relations brutales entre eux, qui semblent déconnectés de leur fragilité. Je voulais créer des moments de tendresse, dans un univers masculin. Avoir deux jeunes garçons dans un lit, proches l’un de l’autre, complices, les voir courir dans un champ de fleurs. Et puis je voulais vraiment faire un film sur l’amitié. Sur la beauté mais aussi la fragilité de l’amitié. En choisissant deux jeunes garçons, parler aussi d’une société où la tendresse entre adolescents ou entre hommes est très vite regardée sous le prisme de la sexualité. On cherche à tout compartimenter. Et ça brime certains élans, et certaines amitiés.

Par ailleurs, je voulais parler de la brutalité. Comment elle peut faire disparaitre ces choses si fragiles, si tendres. Dans le monde, mais aussi à l’intérieur de nous. Comment on coupe les fleurs, comment les couleurs disparaissent, à l’intérieur.

Le film dit beaucoup de choses, mais avec peu de mots, le discours passe autant par les gestes, les regards et les silences.
Je trouve que c’est un exercice très compliqué d’écrire des dialogues ! On essaie autant de transmettre ce que le personnage veut dire que ce que le spectateur doit comprendre.

Adolescent, j’étais plutôt bon pour le mime ! Je copiais les mouvements, les comportements des autres. Je suis très inspiré par la danse, le travail des chorégraphes et des danseurs, qui parviennent à exprimer des sentiments avec leur corps et leurs mouvements. Très vite, je me suis dit que c’était le langage avec lequel j’avais envie de me lancer dans le cinéma, le langage du corps. Avant de vouloir devenir réalisateur, je voulais être danseur. Je sens que j’essaie de réaliser une partie de ce rêve de danse à travers mon langage de cinéma. Exprimer ce que je veux exprimer sans mots.

Et puis je viens de la campagne flamande un endroit de peu de mots, où l’on se parle peu. Peut-être aussi que le non-dit fait partie de mon histoire personnelle et familiale. Les silences, les non-dits permettent aussi au public de projeter son imagination. D’ajouter des choses. J’aime bien cet état actif du public.

Les mots peuvent bien sûr être très forts quand ils sont bien choisis, mais moi pour l’instant, j’adore quand je parviens à exprimer des choses fortes avec le moins de mots possible. Peut-être que développer les dialogues dans mon cinéma sera un nouveau challenge pour moi ! Je sens que j’ai là une grande marge de progression.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy