email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Patrice Chéreau • Réalisateur

Gabrielle : "Un couple qui s’effondre"

par 

Patrice Chéreau • Réalisateur

Déjà primé à Berlin et à Cannes, le cinéaste français Patrice Chéreau tente cette année la passe de trois à la Mostra de Venise où son film Gabrielle [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, interprété par Isabelle Huppert et Pascal Greggory, a impressionné les critiques par sa grande richesse visuelle et la force du récit centré sur un couple en crise aiguë. Morceaux choisis de la conférence de presse.

D’où viennent les choix audacieux de réalisation de Gabrielle, en particulier les passage du noir et blanc à la couleur, et les quelques répliques qui apparaissent sous une forme écrite sur l’écran??
Quand j’ai commencé à travailler sur le film, je voulais le réaliser entièrement en noir et blanc et en cinémascope, et commencer avec cet homme qui parle sans cesse. Mais l’épisode du verre qui se brise m’a donné l’idée de ce passage à la couleur avec le contraste d’une séquence muette. J’ai aussi aimé écrire des dialogues sur l’écran car les cris et les hurlements sont plus intéressants écrits que si l’on devait les entendre. Je prends toutes les possibilités que m’offre le cinéma, y compris les fondus.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

A quel degré avez-vous cherché à établir un contraste entre la mise à distance et la beauté glaçante du film, et une grande modernité dans le propos?
Ce contraste est volontaire. J’ai fait le pari qu’il y aurait un énorme plaisir à s’immerger dans ce monde de 1912, mais qu’au bout d’un 1/4 d’heure, le spectateur se retrouverait avec un couple moderne. La reconstitution historique opère un effet de loupe. Car si les choses ont changé visuellement, rien n’a changé pour la vie à deux qui est de toutes les époques.

L’infidélité est-elle le thème central de Gabrielle ou un simple symptôme du malaise dans ce couple?
Le portrait n’est pas celui d’une femme qui trahit. Son départ et son retour restent incompréhensibles pour le mari. Il s’agit plutôt du récit d’un couple qui s’effondre avec soudainement une société qui apparaît sans loi, sans dieu, sans finalité. Tout le monde est infidèle, ce n’est pas important. Le vrai sujet, c’est l’histoire d’un couple qui a oublié le corps, le désir, la communication, avec une femme qui part, qui revient soumise à l’homme mais qui dit ses vérités.

Comment vous situez-vous par rapport au débat sur la théâtralité de vos films?
J’ai passé 20 ans de ma vie à entendre que je faisais du théâtre et non du cinéma. Aujourd’hui, je n’ai plus aucune timidité par rapport à cela. Ceux qui disent que mon travail n’est que théâtralité croient le voir, mais en fait les règles du théâtre sont justes applicables à la direction d’acteur. Je pense que je suis plutôt un "coach" qui sait tout organiser, (les costumes, le son...) et trouver les meilleurs pour faire grandir le film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy