email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Gerd Haag • Producteur

Belle journée pour rêver

par 

- Gerd Haag • Producteur Belle journée pour rêver

Gerd Haag • Producteur

Gerd Haag et sa société Tag/Traum Filmproduktion produisent des longs métrages de fiction et des documentaires depuis plus de 25 ans. "Le nom de notre société est attachée à ces deux domaines du cinéma, au quotidien et au rêve" : c'est ainsi que Gerd Haag explique le choix du nom Tag/Traum (litt. "Jour/Rêve") pour la maison de production qu'il a créée à Cologne à la fin des années 1970 avec Thomas Schmitt. "Ce nom renvoie à une citation d'Ernst Bloch où il dit que c'est dans les rêveries de tous les jours que la relation entre la réalité et l'âme est la plus immédiate parce que ce n'est alors plus nous qui avons le contrôle"

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans les années 1970, avant de fonder leur société, Haag et Schmitt travaillaient pour la chaîne de télévision publique WDR, à Cologne. Cependant, quand la chaîne leur a fait part de son intention de les engager comme salariés, ils décidèrent plutôt de faire le grand saut et de monter leur propre maison de production. Les deux partenaires travaillaient également comme scénaristes-metteurs en scène, mais seul Schmitt (qui a quitté la société en 2004) a continué de réaliser, notamment des portraits documentaires, alors que Haag y a renoncé depuis longtemps pour se concentrer sur les productions de sa société.

Haag se voit pourtant comme un producteur créatif dans son travail avec les réalisateurs : "C'est ce que j'aime plus que tout : développer des projets et constituer des équipes créatives collaborant régulièrement. J'aime concentrer mes efforts sur les jeunes cinéastes qui en sont à leur premier film : c'est pour moi un sacré défi parce que ces premiers films de jeunes cinéastes évoquent souvent des sujets très personnels et si leur talent apparaît clairement, il n'a pas encore été poli et raffiné. Je dois dire néanmoins que ce défi qui consiste à voir la vie et le monde avec des moyens cinématographiques est intense et stimule ma propre conception de la réalisation".

Au fil des ans, Tag/Traum a produit une liste éclectique de longs métrages de fiction, de longs métrages documentaires et de films d'autres formats pour la télévision : "Notre capacité de production est d'1 ou 2 longs métrages de fiction par an – en général plutôt un – et de 2 ou 3 documentaires exploitables au cinéma ; le reste – soit 10 à 15 projets – consiste en des programmes culturels, historiques ou d'actualité pour la télévision", note Haag.

Tag/Traum a aussi joué le rôle de partenaire allemand de coproductions internationales comme The Sunset Boys de Leidulv Risan, les documentaires In The Mirror of Maya Deren de Martina Kudlacek et Forget Baghdad de Samir. La société a également trouvé des coproducteurs étrangers pour ses propres projets, "surtout dans la zone germanophone, quoique j'ai également travaillé avec le Canada, l'Italie, la Scandinavie, la France, le Benelux et maintenant la Lithuanie", commente Haag. "Je voudrais aller plus loin, mais je sais bien qu'on ne construit pas des liens durables sur la base d'un seul projet ; il faut faire au moins deux films ensemble pour que naisse cette relation de confiance".

Une collaboration fertile s'est récemment développée, par exemple, entre Tag/Traum et la maison de production autrichienne Fischer Film. Markus Fischer était le partenaire de Haag pour le film présenté en compétition à Locarno Prisoners, de Iain Dilthey, ce qui a permis d'obtenir le soutien du fonds autrichien RTR Television Fund, car le projet a été tourné en partie à Vienne.

Haag envisage une année 2007 principalement mobilisée par ce projet, que le matériel de promotion décrit comme "une oeuvre historique attrayante de calibre international... qui se compose de séquences documentaires et de scénes rejouées", mais espère aussi commencer la production du prochain film de Iain Dilthey, Meeresrand, adapté du roman français "Bord de mer" de Véronique Olmi. Il n'a pas encore été décidé si le film serait tourné avec une majorité d'acteurs français, mais des premiers pas ont été faits dans ce sens puisqu'un partenaire français (Dominique Crevecoeur of Bandoneon) a rejoint le projet après sa présentation par Haag au Rendez-vous franco-allemand du cinéma de l'année dernière, à Cologne.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy