email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Riina Sildos

Producer on the Move 2007 - Estonie

par 

Riina Sildos

Riina Sildos a débuté sa carrière comme critique de cinéma pour la société nationale estonienne de télé- et radiodiffusion (Estonian Broadcasting Company). En 1994, elle rejoint la radio estonienne en tant que rédactrice-en-chef et après en tant que directrice des programmes jusqu'en 2000, date où elle est nommée directrice de la Estonian Film Foundation, l'organisme de financement le plus important du pays dont elle a augmenté le budget de 80% au cours de son mandat.
En 1998, Riina co-fonde le Festival international de Tallinn – Festival des Nuits Noires du cinéma qui, en huit ans, est devenu l'un des plus grands festivals des pays nordiques/baltes, avec 60.000 visiteurs par an. Elle a également participé à la création de "Baltic Event" en 2002.
En 2003, Riina fonde sa maison de production, Amrion, qui se spécialise dans le cinéma d'animation ainsi que le long métrage. Le film familial Mat the Cat, développé à EAVE et porté à l'écran en février 2005, est un des succès de l'année au box-office local et dans de nombreux festivals.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa: Quand et pourquoi avez-vous créé "Baltic Event" (BE) et quels sont à présent ses objectifs?
Riina Sildos: BE a été fondé en 2002 afin de promouvoir le cinéma balte et d'attirer l'attention du reste du monde sur nos films et nos maisons de productions.
Lors de sa création, BE consistait en deux journées de projection de films des États baltes au début du Festival des Nuits Noires du cinéma de Tallinn. BE comportait notamment une section baptisée "Coming soon" consacrée aux projets en développement ou en cours de production. BE constituant à cet égard un cadre parfait, sa situation géographique particulière — qui en fait un point de rencontre idéal pour les producteurs des États baltes, de Russie, d'Europe centrale et d'Europe de l'Est, ainsi que de Scandinavie — nous a encouragé à mettre l'accent sur les projets de toutes ces régions et de lancer, en 2004, notre marché de la coproduction.
Ce dernier s'adresse avant tout aux professionnels: vendeurs, distributeurs, investisseurs, représentants de festivals et producteurs. Tous les pays d'Europe sont les bienvenus, mais nos invités viennent principalement de Finlande, de Suède, d'Allemagne, de Norvège, du Danemark et de Russie. De nombreux contacts utiles ont déjà été pris pour former, à l'avenir, un réseau.

Combien de projets recevez-vous par an? D'où viennent-ils? Sur quels critères faites-vous votre sélection? Quels sont les résultats obtenus jusqu'à présent?
Pour notre tout premier rendez-vous de la coproduction, en 2005, nous avons reçu un nombre étonnant de projets intéressants et attrayants. Cet enthousiasme a renforcé notre conviction que le marché de la coproduction est de grande utilité dans cette région du monde.
Tous les projets soumis ont passé un test de pré-sélection conçu par des experts internationaux. Ensuite, les 12 projets choisis ont pu être présentés à Tallinn dans le cadre de rencontres en tête-à-tête réparties sur deux jours.
À présent, la direction du BE souhaite se mettre en relation avec d'autres événements européens afin d'échanger des projets —et de profiter de leur savoir-faire! Nous avons rencontré les organisateurs du Marché de la coproduction berlinois plusieurs fois et avons établi un partenariat qui nous permettra de collaborer à l'avenir.
En 2005, nous nous sommes également rendus à Cinelink, le marché de la coproduction organisé dans le cadre du Festival de Sarajevo. Nous sommes convenus par accord d'inviter un de leur participants à présenter son projet au marché du BE. Cette année, c'est la maison de production Mobra Films qui a envoyé le producteur Cristian Mingiu au BE pour présenter le projet d'un long métrage intitulé Tales from Golden Age ("récits de l'Âge d'or").

Qu'a représenté pour vous l'entrée des États baltes dans l'UE? Quels changements l'élargissement a-t-il entraînés pour vous en tant que productrice et en tant qu'organisatrice du BE?
Les nouveaux membres de l'Union ont deux priorités: la distribution et la recherche de nouveaux co-producteurs potentiels d'égal niveau pour conquérir de nouveaux marchés. Hélas, il n'y a pas encore assez de vendeurs dans cette région du monde — pour ne pas dire aucun, comme c'est le cas dans les États baltes. En ce moment, la promotion de nos projets est chaotique, car les grands marchés sont trop occupés pour prêter attention aux pays baltes et aux autres nouveaux membres de l'Union. Quelques liens ont été établi avec des producteurs allemands, mais nous manquons de relations dans d'autres pays comme la France, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni, le Danemark, la Belgique, l'Autriche, etc.
Il y a une remarque intéressante à faire sur les pays d'Europe centrale: plusieurs marchés de la coproduction s'attachent à présenter des projets provenant de Hongrie, de Pologne, de la République Tchèque, de Roumanie et de Bulgarie, mais les pays baltes (ainsi que la Russie) ne font pas partie de la liste.
Enfin, la presse internationale n'informe pas suffisamment le monde des affaires sur nous, le plus souvent faute de budgets pour la publicité —car les fondations nationales ont des petits budgets pour tout ce qui concerne la promotion. La création d'une publication spécialisée sur l'industrie Est-européenne et d'un database comme Filmkontakt Nord serait, par exemple, un moyen possible d'informer le reste du monde sur notre industrie. C'est un aspect de la promotion de notre cinéma auquel BE voudrait participer.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy