email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Paolo Sorrentino • Réalisateur

“J'ai exploré les lumières et les ombres d'un mystère italien”

par 

- Paolo Sorrentino • Il divo Prix du Jury - Cannes 2008

Paolo Sorrentino • Réalisateur

"L'Italie se caractérise par les aspects occultes que le pouvoir continue d'y avoir, par le peu de transparence par rapport à d'autres pays occidentaux", déclare Paolo Sorrentino. Celui qui représente le mieux cette nature occulte du pouvoir est, selon le cinéaste (et beaucoup d'autres), le sénateur Giulio Andreotti, sept fois chef du gouvernement, de 1972 à 1992. "Il n'y a personne de plus archétypique". Ainsi, Sorrentino a choisi de lui consacrer son quatrième film, Il Divo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicola Giuliano
interview : Paolo Sorrentino
interview : Philippe Desandre
fiche film
]
, en compétition au Festival de Cannes.
Compte tenu du sujet, le film n'a pas été facile à produire, surtout sans se tourner vers le duopole Medusa/RaiCinema. Pour le producteur Andrea Occhipinti, "Sorrentino est un des réalisateurs les plus intéressants du moment ; tout le monde veut coproduire ses films. Cependant, après lecture du scénario, tous se sont défilés. Même chose pour le product placement".
Il Divo, qui sort dans 300 salles italiennes dès mercredi prochain (le 28), sera distribué en France en novembre par Canal Plus. Il a déjà été vendu au Royaume-Uni et au Benelux.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Cineuropa : Aviez-vous depuis longtemps l'idée de faire un film sur Andreotti?
J'ai toujours voulu faire ce film, mais je pensais que c'était un projet irréalisable et, à vrai dire, je ne me suis vraiment trompé. Pour le scénario, il s'agissait seulement de trier l'énorme masse de matériel existant sur Andreotti, choisir parmi des milliers d'articles et de livres. J'en suis finalement venu à bout. J'ai étudié ses caractéristiques personnelles et les ai mises en scène dans toutes leurs contradictions : Andreotti a toujours alimenté le mystère qui l'entoure, mais il est aussi parvenu à se donner l'image d'un bon père de famille auprès de nombreux Italiens. Je voulais en tous cas éviter les clichés (bon ou méchant) et décrire l'ensemble du personnage, en en explorant les lumières et les zones d'ombres. Au- delà de son grand cynisme, il a aussi des aspects humains.

Comment Andreotti a-t-il reçu le film ?
Le film l'a irrité, ce qui est un beau résultat dans la mesure où il est célèbre par son imperturbabilité devant les critiques. Il s'est montré décontenancé et a dit ce qu'il pensait. Cela confirme la force du cinéma, qui ne suit pas seulement les rails de la pure représentation des faits mais joue aussi sur les émotions.

Ce film pourrait servir à parler d'une certaine manière de faire de la politique...
Ce serait bien qu'il fasse avant tout parler de cinéma, que l'aspect politique ne prenne pas le dessus. Ceci étant, il n'en reste pas moins nécessaire qu'on rouvre certains chapitres obscurs de la vie politique italienne qui ne se sont jamais vraiment refermés.

Par son thème et son ton satirique, le film rappelle certains titres italiens des années soixante et soixante-dix.
Elio Petri et Francesco Rosi, surtout Petri (Indagine su un cittadino al di sopra di ogni sospetto et Todo modo). Je me suis inspiré de la nouveauté de son langage cinématographique.

Vous utilisez ici un langage un peu surréaliste, très efficace.
Pour raconter tant d'années de notre Histoire de manière synthétique, j'ai compris que je devais passer par des abstractions. Elles sont purement fonctionnelles sur le plan du récit, pas liées au désir de tourner des images surréalistes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy