email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2009 Belgique

Mr Nobody au Lido

par 

Mr Nobody au Lido

On l’attendait à Cannes, finalement ce sera Venise, une façon comme une autre de compléter son tableau de médailles festivalières ! Jaco Van Dormael dévoilera donc son nouvel et très attendu opus Mr. Nobody [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jaco Van Dormael
interview : Jaco Van Dormael
fiche film
]
sur le Lido début septembre. Marco Muller aura donc su satisfaire la production du film, puisqu’il se murmurait que celle-ci avait refusé une projection hors compétition sur la Croisette. Depuis des mois et cette contre-sélection surprise, les rumeurs les plus folles courent sur le film. Si un trailer circule, ainsi que quelques clichés, le synopsis suscite une intense curiosité, et pour cause.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

2092, Nemo, 123 printemps au compteur, est le dernier des mortels parmi un monde peuplé d’immortels. Alors qu’il aborde ses derniers moments de vie terrestre, il se penche sur son passé. Ou bien sur ses passés ? La projection vénitienne devrait apporter de premières réponses, en attendant la sortie sur les écrans belges qui devrait avoir lieu le 7 octobre (Belga Films). C’est Pathé qui distribuera le film en France.

Initié il y a déjà 13 ans par le réalisateur, Mr Nobody est un ovni dans le paysage cinématographique belge, d’ores et déjà désigné par le journal Le Soir comme « le film le plus fou du cinéma belge ». Il a fallu 3 ans pour boucler le montage financier de cette superproduction dotée d’un budget colossal (plus de 30 millions d’euros), et d’un casting international. Pas moins de 4 pays sont intervenus : la France (Pan-Européenne), la Belgique (Climax Films), l’Allemagne (Lago Film, Integral Film), et le Canada. En Belgique, le film a reçu le soutien du Centre du Cinéma de la Communauté française de Belgique, du Vlaams Audiovisueel Fonds, de Wallimage et du Tax Shelter. Mais au-delà de ces considérations plutôt matérielles, le film est avant tout une fable poétique, une déclinaison à la fois rétro et futuriste de l’univers Van Dormael, son « premier film de jeunesse », comme il le dit lui-même.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy