email print share on facebook share on twitter share on google+

PRODUCTION France

Mahamat-Saleh Haroun prépare Un homme qui crie n’est pas un ours qui danse

par 

Le 30 novembre démarreront au Tchad les six semaines de tournage de la coproduction franco-belge Un homme qui crie n’est pas un ours qui danse, le 3ème long métrage de fiction de Mahamat-Saleh Haroun après Abouna (2003) et Daratt [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
qui avait remporté le prix spécial du jury à la Mostra de Venise 2006. Au casting figureront Youssouf Djaoro, Diouc Koma, Emile Abossolo .

Ecrit par le réalisateur, le scénario du film (dont le titre est tiré d’une phrase du Cahier d’un retour au pays natal du poète martiniquais Aimé Césaire) aura pour cadre le Tchad est en proie à la guerre civile avec les rebelles armés menaçant le pouvoir. En réaction, le gouvernement fait appel à la population pour un "effort de guerre", exigeant de l’argent ou un enfant en âge de combattre. Adam (Youssouf Djaoro) est ainsi harcelé par son chef de quartier pour sa contribution. Mais il n'a pas d'argent, il n'a que son fils (Diouc Koma)....

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Produit par Florence Stern pour la société parisienne Pili Films et par Diana Elbaum pour les Belges de Entre Chiens et Loups, Un homme qui crie n’est pas un ours qui danse avait avait été sélectionné au Cinemart de Rotterdam 2007. Il bénéficie d’un budget de 2 M€ incluant notamment une avance sur recettes du Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC), le soutien de la Communauté Française de Belgique, celui du programme de coopération UE-ACP (ACPFILMS) et des préachats de Canal +, Canal Horizons, Ciné Cinéma et TV5 Monde. La distribution en salles sera assurée en Belgique par Cinéart et en France par Pyramide qui pilote également les ventes internationales.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.