email print share on facebook share on twitter share on google+

SORTIES Belgique

Mr. Nobody enfin dévoilé

par 

Mr. Nobody enfin dévoilé

La grande affaire de la semaine, c’est la sortie sur les écrans belges de Mr. Nobody [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jaco Van Dormael
interview : Jaco Van Dormael
fiche film
]
, le troisième film de Jaco Van Dormael. Plus de 6 mois après le rendez-vous manqué de Cannes, et suite à des désaccords artistiques entre le réalisateur et son vendeur international Wild Bunch qui ont mené à deux nouvelles versions du montage (le choix étant laissé à l’appréciation du distributeur), le film, sorte de monstre hybride dont on a tout supposé, débarque enfin sur les écrans.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C’est peu dire qu’on l’attendait ce film, à une heure où la Communauté française s’inquiète du manque d’adhésion du public pour son cinéma. Espéré comme un messie, il s’est fait grillé la politesse dans les salles par un petit film qu’on a mis du temps à voir venir (Les Barons [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Interview avec le réalisateur et l'act…
interview : Nabil Ben Yadir
fiche film
]
et ses 115 000 spectateurs). Lourd d’un budget colossal de 33 millions d’euros, le plus gros budget du cinéma belge, Mr Nobody arrive (un peu trop) chargé d’espoirs et de fantasmes cinéphiles. Van Dormael a passé 10 ans " à vivre ", et à tenter de retranscrire à l’écran le brouillon de la vie, ce désordre apparent qui s’abstient de tout norme narrative. Il crée Nemo, un petit garçon confronté à un choix impossible, et qui s’attache dès lors à vivre tous les possibles. Ces vies démultipliées sont incarnées par une créativité visuelle envoûtante, empruntée aussi bien à l’imaginaire personnel du réalisateur (on retrouve l’univers poétique de Toto le Héros), qu’au corpus du cinéma d’anticipation ou à l’univers graphique de Schuiten et Peeters, conseillers artistiques " du futur " sur le film. Mais au-delà de cet entrelacs de récits, ce qu’on cherche et retrouve, c’est le grand amour, et l’on se dit qu’entre Nemo et Jaco, le plus rêveur des deux n’est pas forcément celui qu’on croit.

Distribué par Belga Films sur 35 copies, Mr. Nobody va maintenant devoir trouver son public. Face à lui, on notera parmi les sorties européennes de la semaine celle de Millenium 2 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Daniel Alfredson, qui bénéficie d’une combinaison de 19 salles, ainsi que deux films français, Une affaire d’Etat [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d’Eric Valette et Une petite zone de turbulence [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d’Alfred Lot.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.