email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2010 Compétition / France

Édition extraordinaire : Catherine Deneuve entre dans la politique

par 

Édition extraordinaire : Catherine Deneuve entre dans la politique

Alors que la photo de Catherine Deneuve entièrement en rouge en Adidas des années 1970 a déjà fait le tour du monde, la presse accréditée à la Mostra de Venise a vécu un moment plein de bonne humeur à la projection de Potiche [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, farce délicieuse et riche et implications du ô combien versatile François Ozon qui sortira le 10 novembre en France, et le 12 en Italie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Après Huit femmes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(2002), qui était tiré d'une pièce de Robert Thomas, Ozon a voulu affronter le thème du rôle de la femme dans la société et la politique à travers la célèbre pièce "Potiche" de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy. Ozon y pensait depuis un moment et, pour éviter les rapprochements trop hâtifs avec la réalité contemporaine (Bernadette Chirac comme Ségolène Royal ont été traitées de "potiches"), s'est décidé à faire cette adaptation en la situant dans les années 1970, avec les décors et costumes comme toujours très précisément conçus qui s'ensuivent. Au théâtre, le rôle principal était interprété par Jacqueline Maillan, à laquelle beaucoup de femmes se sont identifiées au fil des ans.

Nous sommes dans le nord de la France, à Sainte-Gudule, en 1977. Suzanne (Deneuve) est la femme au foyer (et au jardin) de Robert Pujol (joué par un extraordinaire Fabrice Luchini), riche propriétaire d'une usine de parapluies héritée du père de Suzanne. Pendant que sa femme compose des poésies, dialogue avec les écureuils et s'occupe de leurs petits enfants, Robert la trompe avec sa secrétaire et les femmes qu'il fréquente dans un bar de nuit qui s'appelle Badaboum. Quand ses employés, exaspérés par son libéralisme échevelé, se mettent en grève et le séquestrent (on est en pleine époque des revendications syndicales), la situation se précipite. Pour faire libérer son mari, Suzanne fait appel au maire et député communiste Maurice Babin (Gérard Depardieu), qui est aussi son ancien amour.

Après qu'il ait été libéré, le mari a un infarctus et Suzanne reprend la direction de l'usine, avec ses enfants Paul (Jérémie Renier) et Joëlle (Judith Godrèche), en acceptant les demandes des ouvriers. De nouvelles complications surviennent et finalement, Suzanne décide de faire de la politique et de se présenter contre son ami Babin : "J'ai dirigé une usine, je peux bien diriger la France !".

"Je voulais mettre en avant le regain de machisme pendant la campagne électorale de Sarkozy", a dit Ozon à la presse. Catherine Deneuve a ajouté : "Il y a eu des moments dans ma vie où j'ai eu l'impression d'être embauchée uniquement pour mon physique. Je veux croire qu'un film comme celui-ci peut aider les femmes à avoir plus de reconnaissance, notamment au travail".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy