email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Islande

Kormákur ressort des "profondeurs"

par 

Kormákur ressort des "profondeurs"

La star islandaise Baltasar Kormákur, scénariste, réalisateur et producteur, termine en ce moment le tournage de son nouveau film islandais, The Deep (Djúpid, litt. "les profondeurs"). Il s'apprête maintenant à retourner à Hollywood pour faire Contraband, le remake américain de son film Reykjavik Rotterdam [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
.

The Deep, inspiré de faits vrais survenus il y a 25 ans et d'une pièce de Jón Atli Jónasson, voit Jónasson dans le rôle d'un jeune pêcheur qui a nagé plus de cinq heures dans l'eau glacée pendant que ses camarades sont tous morts en mer.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

"Dans ce récit dramatique et beau à la fois, on suit le combat épique de ce jeune homme poru survivre et reprendre le contrôle de sa vie", souligne la productrice Agnes Johansen. C'est aussi une allégorie des efforts de l'Islande pour se depêtrer de sa terrible situation économique et un hommage aux vrais héros du pays, qui sont les pêcheurs et leurs familles.

Le film a été produit par la société de Kormákur, Blueeyes Productions, en coproduction avec la maison norvégienne Filmhuset et avec le soutien du Centre de la cinématographie islandais, de l'Institut de cinéma norvégien, du fonds Nordisk Film & TV Fond et d'Eurimages.

Johansen, convaincue du potentiel commercial de The Deep, négocie en ce moment les droits internationaux du film avec plusieurs vendeurs établis.

Entretemps, le deuxième film réalisé par Kormákur en anglais, Inhale, arrive sur les écrans islandais vendredi et aux États-Unis plus tard dans le mois, distribué par IFC Films. La prochaine aventure hollywoodienne du réalisateur, Contraband, avec Mark Wahlberg, sera produite par la société londonienne Working Title.

Quant à la société Blueeyes, son dernier titre en date, Summerland, figure présentement au Top 10 islandais. Ce film satirique sur la crise financière du pays et sur ses croyances rattachées au surnaturel est le premier long métrage de Grimur Hakonarson, auquel on doit les courts primés Wrestling et Slavek the Shit.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy