email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS Italie

La femme de ma vie

par 

La femme de ma vie

Qui est la femme qui donne son nom à La donna della mia vita [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(litt. "la femme de ma vie"), le nouveau film de Luca Lucini ? À voir l'affiche du film, on pourrait penser qu'il s'agit de Valentina Lodovini (récemment dans Benvenuti al Sud [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), "entourée" des personnages masculins incarnés par Luca Argentero et Alessandro Gassman. En réalité, il s'agit probablement d'Alba (Stefania Sandrelli), une de ces mamans italiennes qui sont capables de conditionner (comme le découvre le spectateur) les existences de tous les membres de la famille.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

La sienne se compose d'un mari (un Giorgio Colangeli au sommet de son art) et de deux enfants de pères différents qui sont aux antipodes l'un de l'autre : l'aîné Giorgio (Alessandro Gassman), coureur de jupons invétéré, et le timide et sensible Leonardo (Luca Argentero) qui, après avoir réchappé par miracle d'une tentative de suicide (avec les pillules pour la ménopause de sa mère) et vécu une cuisante déception sentimentale, croit avoir rencontré l'âme soeur (Lodovini), une femme qui rêve du grand amour après avoir été pendant deux ans la maîtresse de... devinez qui...

“La comédie italienne est un des genres les plus difficiles, une vraie gageure reposant sur des équilibres délicats dans l'écriture, les nuances à trouver, le casting", explique le réalisateur, qui a trouvé dans le sujet de Cristina Comencini, scénarisé par Giulia Calenda et Teresa Ciabatti, une occasion idéale pour "évoquer la bourgeoisie sans lui faire la morale".

Le film confirme deux choses : le talent d'"artisan" du cinéma de Lucini, qui malgré l'absence de son fidèle scénariste Fabio Bonifacci, continue à produire un cinéma très professionnel (à l'américaine, pourrait-on dire, d'ailleurs le film a été coproduit et il est distribué par Universal) qui ne force pas sur l'aspect "film d'auteur" ; la complicité du cinéaste avec son acteur fétiche, Argentero, qui se métamorphose ici de nigaud en "latin lover".

Il faut aussi noter que le film étaie l'affirmation selon laquelle le cinéma italien est une grande famille : Alessandro Gassman joue le fils de Stefania Sandrelli, or cette dernière a souvent été la maîtresse ou épouse de son père Vittorio à l'écran.

La donna della mia vita, qu' Universal Pictures va lancer le 26 novembre sur 260 copies, a été coproduit par la major avec la société Cattleya de Riccardo Tozzi, Giovanni Stabilini et Marco Chimenz. Ce dernier rappelle le mécontentement qui unit en ce moment tous les secteurs de l'industrie du spectacle contre la politique culturelle du gouvernement : "Quelques films devant sortir au premier semestre 2011 ont été reportés à une date ultérieure à confirmer. Cette crise et la délocalisation croissante des productions affectent les jeunes acteurs qui sortent de l'académie ainsi que les maîtres. Nous soutenons la protestation, qui dément l'idée que notre secteur est dépensier, sans compter".

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.