email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE Royaume-Uni

The Mill en finit avec le cinéma

par 

The Mill, l’une des plus importantes sociétés anglaises pour les effets spéciaux, récompensée d’un Oscar pour son travail pour Gladiator, a brusquement fermé l’activité cinématographique pour se consacrer exclusivement au secteur de la publicité.
L’annonce qui a été donnée par Robin Shenfield, directeur de The Mill, a surpris la société avec qui les réalisateurs et les producteurs, Tony et Ridley Scott avaient beaucoup travaillé pour des films comme Meurs un autre jours (la nouvelle aventure de James Bond), Harry Potter et la pierre philosophale, Harry Potter et la chambre des secrets, Laura Croft : Tomb Raider, Hannibal, Cats and dogs et Chocolat.
Robin Shenfield malgré les incontestables succès économiques et créatifs des films soignés par The Mill, (partagé en 1997 entre le secteur du spectacle et celui de la publicité), a expliqué de ne plus vouloir affronter les risques d’une industrie ‘éphémère’ comme celle du cinéma. «Le cinéma est un secteur ‘fragile’ – a dit Shenfield – qui demande d’investissements continus et toujours croissants. Ceci dépend surtout du fait que les troupes américaines débarquent de plus en plus souvent au Royaume-Uni pour profiter des avantages fiscaux. C’est pour cela qu’on a décidé de focaliser nos énergies et nos futurs investissements dans notre principal secteur, la publicité».
Depuis sa fondation en 1990, la réputation de The Mill a imprimé une marque inaltérable dans le monde de la publicité en créant les effets spéciaux récompensés plusieurs fois pour des grande marques comme Guinness, Levi’s, Mercedes, BMW et Nike. La fermeture du secteur cinématographique est une grosse atteinte à l’industrie du cinéma britannique et surtout pour le secteur de la post-production, mais souligne aussi la crise généralisée que l’industrie cinématographique est en train de vivre en Grande Bretagne, avec une diminution de 40 pour cent de films britanniques produits l’année dernière et 57 pour cent des investissements en moins pour 2001.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy