email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2011 Special / France-Royaume-Uni-Belgique

Late Bloomers : Gavras fille pose un regard léger sur le 3ème âge

par 

Dans son deuxième long métrage, Late Bloomers [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Julie Gavras
fiche film
]
, Julie Gavras se penche sur le ton de la légèreté sur l'entrée dans le troisième âge. Grâce à William Hurt et Isabella Rossellini, ainsi que des personnages secondaires très bien interprétés, le film évite toutefois d'être trop léger, mais il ne restera peut-être pas longtemps dans l'esprit du public.

Adam (Hurt) et Mary (Rossellini) sont un couple de sexagénaires qui vivent à Londres. Il est un architecte de prestige ; elle est une prof à la retraite. Après un bref épisode d'amnésie, Mary se rend compte qu'elle vieillit, alors qu'Adam refuse l'idée qu'il n'est plus jeune.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cette différence de vues les éloigne, et Adam s'installe dans son bureau, où il travaille jour et nuit sur un projet de musée pour Londres, entouré de jeunes assistants dont la séduisante Maya (Arta Dobroshi du Silence de Lorna [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arta Dobroshi
interview : Arta Dobroshi
interview : Jean-Pierre et Luc Darde…
interview : Olivier Bronckart
fiche film
]
). Adam a par ailleurs été embauché pour dessiner une maison de retraite pour un client (Simon Callow), autre clin d'oeil au thème du film.

Les enfants adultes du couple (Aidan McArdle, Kate Ashfield et Luke Treadaway) tentent de rabibocher leurs parents, mais les choses se compliquent quand Mary passe un moment avec un homme plus jeune, et Adam avec Maya.

Rossellini et Hurt jouent leurs personnages avec une plaisante retenue, tandis que Callow, Joanna Lumley (dans le rôle de la bonne amie de Mary) et Doreen Mantle (dans celui de sa mère) donnent au film du piquant. Avec son cadre londonien et ses acteurs venant d'Italie, des États-Unis et d'outre-Manche, le film de Gavras fille renvoie au cosmopolitisme de son père Costa-Gavras, mais ici le procédé ne sert qu'à apporter une touche de couleur, pas à fournier un contexte socio-politique.

Le point fort du film sont les dialogues bien huilés, qui arracheront quelques rires au public. Les couleurs du film sont vives, la musique de trompette qui l'accompagne entraînante.

Late Bloomers a été coproduit par Les Films du Worso (France), The Bureau (Royaume-Uni), Be-Films et Motion Investment Group (Belgique). Ses ventes internationales sont gérées par Gaumont.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy