email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PERSONNALITÉS France

Adieu, Annie Girardot

par 

Adieu, Annie Girardot

Avec le décès aujourd’hui à Paris à l'âge de 79 ans de l’actrice Annie Girardot, disparaît une figure emblématique du cinéma français des 50 dernières années. Grande vedette dans les années 60 et 70, la comédienne qui avait accédé à la notoriété grâce à Rocco et ses frères de Luchino Visconti en 1960 avait connu une traversée du désert avant de revenir à l’avant-scène notamment avec ses César de meilleur second rôle en 1996 pour Les Misérables de Claude Lelouch et en 2002 pour La pianiste de Michael Haneke.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Née le 25 octobre 1931 à Paris, Annie Girardot aura tourné plus de 110 longs métrages cinématographiques entre 1955 et 2007. Dans sa filmographie se distinguent notamment Le mari de la femme à barbe (1964) et Dillinger est mort (1969) de Marco Ferreri, Docteur Françoise Gailland de Jean-Louis Bertucelli qui lui valut le César de meilleure actrice en 1977, Trois chambres à Manhattan de Marcel Carné qui lui offrit une Coupe Volpi de meilleure actrice à la Mostra de Venise 1965 ou encore Le grand embouteillage de Luigi Comencini (en compétition à Cannes en 1979). A son palmarès figurent aussi entre autres un David di Donatello de meilleure actrice étrangère en 1977 et une nomination au Bafta dans la même catégorie en 1962. Annie Girardot a tourné notamment pour Alexandre Astruc, Roger Vadim, Jean Delannoy, André Cayatte, Michel Audiard, Philippe de Broca, Bertrand Blier et surtout Claude Lelouch (Les misérables, Partir revenir, La vie, l’amour, la mort, Il y a des jours… et des lunes).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy