email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Belgique

Le Brussels Film Festival prime Innocent Saturday

par 

Le Brussels Film Festival prime Innocent Saturday

Le palmarès du 9ème Brussels Film Festival n’a pas manqué de surprendre. Le jury, présidé par Jacques Weber, a élu sur un film âpre, dense, étouffant, plombé par l’inéluctable. Ukraine, 26 avril 1986, Tchernobyl : le réacteur n°4 de la centrale nucléaire vient d’exploser. Valery, membre du parti, sait qu’il faut fuir, le plus vite et le plus loin possible. Mais sa course frénétique bute contre le quotidien, celui de sa petite amie, de son village, de ses amis, qui eux entendent bien profiter de ce samedi comme les autres. En choisissant de récompenser Innocent Saturday d’Alexander Mindadze (Russie/ Allemagne/ Ukraine), le jury officiel (tous comme le jury d’étudiants qui a remis le Prix des cinéphiles) a fait le choix atypique d’un film historique qui relève de l’urgence, au regard de l’actualité récente. Un film qui part de l’Histoire pour se concentrer petit à petit sur l’homme, dans une spirale étourdissante, rythmée par l’alcool et la musique d’une insouciante fête de mariage. Un film politique, sur les appareils de parti, mais aussi un film d’amitié, d’amour et de trahison. Un film au plus près des corps, des corps irrémédiablement détruits par cette nuit d’avril.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le prix du meilleur premier film est revenu à Nothing’s All Bad [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Danois Mikkel Munch-Fals, un film cru sur l’amour, le sexe et la solitude, et le prix du meilleur scénario au plus léger Happy, Happy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de la Norvégienne Anne Sewitsky, déjà primée à Sundance. Les prix RTBF et BeTv ont tous les deux été remis à Ni à vendre, ni à louer [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Denis Delcampe
interview : Pascal Rabaté
fiche film
]
, le deuxième long du réalisateur et auteur de bande dessinée Pascal Rabaté (France). Le public quant à lui n’a pas résisté à la belle humanité de l’acteur irlandais Colm Meaney, offrant ainsi son prix à Parked [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Darragh Byrne
fiche film
]
de Darragh Byrne.

Enfin, le Prix Cineuropa a été décerné à Una vita tranquilla [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Claudio Cupellini
fiche film
]
de Claudio Cupellini (voir l’interview-video), pour « ses thèmes profondément européens (immigration, intégration, identité) mêlés à ceux d'un cinéma de genre plus universel et référencé, pour l'utilisation signifiante d'un faisceau de langages au service de la définition de ses personnages, et pour le choix inspiré et presque incontournable de Toni Servillo dans le rôle principal ».

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy