email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS France

Cinespaña : embellie et inquiétudes pour le cinéma espagnol

par 

Cinespaña : embellie et inquiétudes pour le cinéma espagnol

Directeur de la programmation du festival Cinespaña, dont la 16ème édition débute aujourd’hui, Patrick Bernabé décrypte pour Cineuropa les tendances de la production cinématographique espagnole et de sa diffusion dans l’Hexagone.

Où en est l’exposition du cinéma espagnol en France (1,3 % de part du marché et 18 longs métrages distribués en 2010)?
Cette année, énormément de films espagnols ont été distribués et pour la première fois, nous avons presque eu du mal à mettre des films en compétition puisque nous ne sélectionnons que des titres inédits en France. Nous avons donc passé un accord avec les cinémas l’Utopia et le Cratère pour présenter quand même dans le cadre de Cinespaña des films comme Pa negre [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Blackthorn [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
ou La piel que habito [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Pedro Almodóvar
fiche film
]
. Et le programme inclut aussi quatre films en avant-première : c’est énorme et ce n’était jamais arrivé, ce qui prouve que beaucoup de films ont été déjà achetés par la France.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Au-delà des réalisateurs les plus connus et du cinéma de genre en plein essor àl’international, la diversité du cinéma espagnol passe-t-elle les frontières ?
La production espagnole actuelle est très axée sur les questions de société, ce qui ne qui n’apparaît pas complètement à travers ce qui est distribué en France. Et c’est aussi un cinéma globalement assez dur, noir, comme le montrent deux des films que nous avons sélectionnés en compétition : Carne de néon [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Paco Cabezas (photo) qui est un peu dans le style Tarantino et Open 24h de Carles Torras.

Comment améliorer la distribution du cinéma espagnol dans l’Hexagone
Ce sont toujours les petits distributeurs qui prennent des risques comme Bodega Films qui est engagé et défend un cinéma de qualité n’étant pas systématiquement grand public. On vient néanmoins d’apprendre qu’un des plus importants distributeurs français du cinéma espagnol, Colifilms Diffusion, a déposé son bilan, et c’est très regrettable. Malgré tout, de plus en plus de films sont achetés et Cinespaña y est aussi pour quelque chose. Pour la seconde année, nous organisons des rencontres entre distributeurs français et producteurs espagnols, et nous avons également innové cette année en décidant de répartir le prix attribué au film gagnant moitié pour lé réalisateur, moitié pour son distributeur français.

Comment voyez-vous l’avenir ?
Je suis plus inquiet pour l’année prochaine car la situation économique en Espagne est assez catastrophique. Cette année, ils ont réussi à produire encore un certain nombre de films et les grosses productions vont perdurer, mais j’ai un peu peur pour les jeunes réalisateurs et les petites structures indépendantes qui sont déjà en grande difficulté (notamment du côté des aides publiques). 2010 – 2011 n’était peut-être qu’une superbe embellie précédant de très grosses difficultés.

La compétition principale de Cinespaña qui se déroulera jusqu’au 9 octobre, inclut aussi 80 egunean du duo José Mari Goenaga - Jon Garaño, Amador [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Fernando León de Aranoa, No tengas miedo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Montxo Armendáriz
fiche film
]
de Montxo Armendáriz, La mitad de Oscar de Manuel Martín Cuenca et Crebinsky [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Enrique Otero.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy