email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Suisse

Fernand Melgar porte le "cinéma direct" de Vol spécial à Gijón

par 

Fernand Melgar porte le "cinéma direct" de Vol spécial à Gijón

Il est des films qui laissent leur marque dans l'esprit du spectateur longtemps après qu'il les ait vus. Le documentaire suisse Vol spécial [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Fernand Melgar, descendant d'une famille d'immigrés espagnols, en fait partie et pour arriver à ce résultat, le réalisateur n'a pas eu recours à de grandes accusations, ni à une bande originale bouleversante, ni à des temps narratifs intenses : il adopte le profil bas pour un "cinéma direct", comme il le répète régulièrement, de sorte que c'est au spectateur de tirer ses propres conclusions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La Suisse, berceau des droits de l'Homme, de la Convention de Genève et de la Croix Rouge, est aussi un exemple parfois admirable, parfois abominable, de démocratie directe. Quand la volonté du peuple fait loi, c'est un système qui paraît vertueux, mais il peut engendrer des monstres, surtout en des temps comme les nôtres, où la peur de l'autre est devenue de l'aversion. La Suisse compte 28 prisons pleines de gens qui n'ont commis pour tout crime que celui de n'avoir pas réussi à régulariser leur situation dans le pays après des années de travail. Leur destin, inéluctable, est de quitter la Suisse et en attendant, ils vivent pendant des mois (parfois jusqu'à 24) dans ces enceintes où rien ne manque à part la liberté.

Bien que le film évoque concrètement le système de la Confédération helvétique, où les sans papiers qui refusent de partir sur un vol commercial le font par ”vol spécial”, il reflète une tendance alarmante qui concerne l'Europe dans son ensemble : le monde occidental ressemble de plus en plus à une énorme prison où se trouvent enfermés les fonctionnaires comme les vrais prisonniers.

Vol spécial n'est pas un film facile à digérer, et pourtant il a été tourné dans la prison la moins brutale qui soit, un lieu où les détenus et le personnel conversent. À un rythme soutenu, sans grands soubresauts, l'absurdité de la situation se déploie devant le spectateur dans toute sa complexité et ce dernier ne peut qu'imaginer quel genre d'effets moraux ce genre de situation peut avoir sur une société.

Vol spécial, récemment présenté à la 49ème édition du Festival de Gijón, est un film qui ne cherchait pas à attiser les polémiques mais s'est trouve entouré depuis son avant-première mondiale au Festival de Locarno, où le producteur portugais Paulo Branco l'a qualifié de "fasciste" – bien qu'après cela, l'extrême-droite suisse ait demandé que l'interdire dans les collèges. Vol spécial, produit par Climage, est un film tranquille qui soulève bien des débats.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy