email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Italie

Turin : Ulidi piccola mia, ou le malaise psychologique d'une jeune femme

par 

Turin : Ulidi piccola mia, ou le malaise psychologique d'une jeune femme

C'est un film difficile à définir que le premier des deux titres italiens en compétition au 29ème Festival de Turin (25 novembre - 3 décembre). Ulidi piccola mia, premier long métrage de fiction du documentariste Mateo Zoni (Hanna Schygulla vede Hanna Schygulla), présenté hier par le directeur du festival, Gianni Amelio, comme "une fleur à la lisière du champ, un film comme il devrait y en avoir plus à Turin", est un mélange de documentaire et de fiction sans vrai scénario tourné pour peu d'argent (80 000 euros) avec une caméra vidéo HD attachée aux personnages. Le film espionne les conversations derrière les portes et pénètre une réalité problématique, celle de Paola, une jeune fille d'origine marocaine avec des difficultés psychologiques qui vit dans une communauté à Parme.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La scène d'ouverture montre Paola en train de chanter une belle poésie, Giuro che io salverò la delicatezza mia de Mariangela Gualtieri, et rien dans son regard vif ou son large sourire ne laisse présager la souffrance dont le spectateur va être témoin. Son malaise est raconté avec une grande sensibilité, dans un climat d'intimité jamais forcée : "Ulidi piccola mia est un film sur la délicatesse, dont je pense que c'est aujourd'hui le sentiment le plus transgressif, explique Zoni. Je voudrais que les images aient sur le public un effet presque physique, comme une étreinte réconfortante qui enferme en elle énergie et courage".

La caméra vidéo suit Paola dans sa vie quotidienne parmi les femmes de sa communauté, dans ses dialogues avec la mère aimante qui l'appelle Ulidi ("ma petite" en arabe) et au travail, dans un salon de coiffure où elle se retrouve à confesser à une cliente, avec sa manière calme de s'exprimer, comme si de rien n'était, qu'elle a encore mal au dos depuis qu'elle s'est cassé deux vertèbres en se jetant du deuxième étage. On la voit aussi le soir de son dix-huitième anniversaire, et on est conscient que la joie de la célébration va laisser place à l'inquiétude de l'entrée dans la vie adulte et des nouveaux choix à faire.

Ulidi piccola mia a été produit par Indigo Film avec Solares Fondazione delle Arti, qui s'occupe aussi de ses ventes internationales. En Italie, le film sera distribué par Cinecittà Luce à une date qui reste à fixer.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.