email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FINANCEMENTS Espagne

Trois projets espagnols reçoivent l'aide à la coproduction d'Ibermedia

par 

Trois projets espagnols reçoivent l'aide à la coproduction d'Ibermedia

Le Programme Ibermedia a annoncé la semaine passée les 81 projets qui recevront des fonds dans les cadre de son deuxième appel à candidatures pour 2011. Les aides accordées sont réparties entre plusieurs postes : développement, livraison, distribution, exploitation et coproduction. Ce dernier poste a raflé le plus gros des aides, à travers 27 projets.

Sur ces 27 projets, trois étaient présentés par des sociétés espagnoles. Le premier, produit par Pedro Costa PC, deux spécialistes ibériques de la coproduction avec l'Amérique latine (Tornasol Films et Castafiore Films) et la maison argentine Sono Film, s'intitule >Atraco. Ce thriller aux accents politiques réalisé par Eduard Cortés se passe dans les années 1950, entre l'Espagne et plusieurs pays d'outre-Atlantique.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Miel de naranjas, qui est une coproduction entre Alta Producción (Enrique González Macho) et la société portugaise Fado Filmes, marque le retour derrière la caméra d'Imanol Uribe. De son côté, la société galicienne Continental Films (à l'origine de la plateforme de crowdsourcing Wecoop – lire l'info) a présenté le film d'animation Brujerías de Virginia Curiá, coproduit au Brésil par Otto Desenhos Animados.

Trois autres des projets choisis (le titre vénézuélien La distancia más larga, le projet lusitanien Gelo et le film mexicain Miradas múltiples) bénéficient d'une participation espagnole (respectivement de Castro Producciones, Potenza PC et Comunicación Fractal).

La mission d'Ibermedia, qui couvre 18 pays, est de poser les bases d'un espace audiovisuel ibéro-américain en soutenant la coproduction, la distribution et l'exploitation de films et téléfilms en espagnol et en portugais, et d'accroître la pénétration de cette production sur le marché international. L'initiative, financée par les pays-membres, souffre en ce moment fortement de la crise (l'apport de l'ICAA est par exemple passé de 400 000 euros en 2007 à 74 000 en 2011) et devra supprimer à partir de 2012 les postes exploitation et livraison, remodeler le poste distribution et se limiter à une tournée d'aides par an.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy