email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRIX Espagne

Enrique Urbizu gagne la première bataille aux Prix Forqué

par 

Enrique Urbizu gagne la première bataille aux Prix Forqué

À moins d'un mois de la cérémonie des Goya (lire l'info), No habrá paz para los malvados [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Enrique Urbizu [photo] a livré le premier assaut en s'imposant aux Prix Forqué, remis cette nuit à Madrid par l'EGEDA, l'organisme qui gère les droits des producteurs. Ces prix sont considérés comme l'antichambre des Goya, car ils servent à sonder le secteur juste avant la grande fête du cinéma espagnol.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Le retour d'Urbizu au cinéma, produit par Lazona Films et Telecinco Cinema, a remporté le prix du meilleur film de l'année devant La voz dormida [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Primos [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Balada triste de trompeta [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Álex de la Iglesia
fiche film
]
et La piel que habito [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Pedro Almodóvar
fiche film
]
. Aux Goya, il retrouvera parmi ses adversaires dans la même catégorie La voz dormida et La piel que habito (ainsi que Blackthorn [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Mateo Gil).

No habrá paz para los malvados a également valu le prix du meilleur acteur à José Coronado, qui fait lui aussi partie des grands favoris pour les Goya – où il fera face à la concurrence imposante de Daniel Brühl, Antonio Banderas et Luis Tosar. De son côté, Elena Anaya a été élue meilleure actrice pour sa performance dans La piel que habito de Pedro Almodóvar.

La cérémonie a été une des premières célébrations cinématographiques depuis l'arrivée au ministère de la Culture de José Ignacio Wert. Son intervention était attendue avec impatience après les polémiques concernant le projet qu'aurait le gouvernement de réformer le système des aides au cinéma (lire l'más). Après avoir souligné qu'il était "des vôtres", Wert a assuré que "le ministère contribuera à protéger la propriété intellectuelle, car sans protection, pas de progression". Ces mots ont sans doute rassuré les producteurs, doublement satisfaits en cette semaine où la fermeture de Megaupload a coïncidé avec un retour des spectateurs vers les cinémas et les plateformes de téléchargement légales – un retour qui est peut-être le fait du hasard, il est encore trop tôt pour le dire, mais c'est un bon départ pour un secteur qui avait bien besoin de nouvelles positives.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy