email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2012 Semaine internationale de la critique

Une Semaine internationale de la critique au féminin

par 

- Sept titres présentés en avant-première mondiale, dont cinq européens, ont été sélectionnés pour la 27ème Semaine internationale de la critique de la Mostra de Venise

Une Semaine internationale de la critique au féminin

Sept titres projetés en avant-première mondiale, dont cinq européens, ont été sélectionnés pour la 27ème Semaine internationale de la critique (SIC) de la Mostra de Venise.

Ils sont en lice pour le Prix du public RaroVideo et le Lion du futur-Prix “Luigi De Laurentiis” de la meilleure première oeuvre, assorti de 100 000 dollars fournis par la société Filmauro d'Aurelio et Luigi De Laurentiis qui devront être partagés équitablement entre le réalisateur et le producteur du film vainqueur.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La SIC débutera sur la projection du film collectif Water, de Nir Sa'ar, Maya Sarfaty, Mohammad Fuad, Yona Rozenkier, Mohammad Bakri, Ahmad Bargouthi, Pini Tavger et Tal Haring (Israël/Palestine/France), ainsi que de Kiss of the Damned de Xan Cassavetes (États-Unis, avant-première mondiale).

"Si une des polémiques soulevées par le dernier Festival de Cannes – a commenté Francesco di Pace, le directeur de la SIC – tenait à l'absence de réalisatrices dans le cadre de la compétition officielle, que les partisans de la parité au cinéma et dans les festivals se tranquillisent : la forte prépondérance des femmes au niveau des premiers longs métrages qui nous ont été soumis cette année montre qu'il existe un courage et une urgence à s'exprimer qui dépasse les obstacles culturels et la censure politique ou économique. Ce n'est pas un hasard si quatre des huit réalisateurs débutants représentés cette année à la SIC (le neuvième titre de la sélection est un film collectif) sont des femmes. Ce n'est pas non plus le fruit d'une décision d'opportunité : le cinéma a beau être une forme artistique qui traverse d'énormes changements, il reste un langage universel qui ne saurait souffrir de limitations de sexe".

L'Italie est représentée dans la sélection par La città ideale, premier long métrage de l'acteur Luigi Lo Cascio qui propose une parabole sur l'Italie contemporaine et se situe dans la lignée d'un certain cinéma engagé. Ce sont également des thèmes sociaux et politiques qu'aborde l'intense Muffa du Turc Aly Aidın Küf et le courageux Xiao He (Lotus) de la Chinoise Liu Shu, où une jeune enseignante est contrainte de quitter son travail par indépendance d'esprit.

C'est aussi la très personnelle quête d'indépendance d'une femme que conte le Belge Tom Heene dans son premier long métrage, Welcome Home. On retrouve cette quête parmi les jeunes personnages d'O luna in Thailandia du Roumain Paul Negoescu. L'Europe est également représentée à la SIC par le film suédois Äta sova dö de Gabriela Pichler, où une jeune femme qui a perdu son travail affronte avec énergie et sans jamais se résigner sa nouvelle condition. C'est en revanche du Mexique que vient l'autre film au féminin de la sélection : dans No quiero dormir sola de Natalia Beristain, deux femmes, Amanda et sa grand-mère Dolores, se trouvent dans une phase critique de leurs vies. Enfin, Kiss of the Damned marque les formidables premiers pas derrière la caméra d'une enfant du cinéma, Xan Cassavetes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy