email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES Roumanie

Un lancement décevant pour A Farewell to Fools

par 

- Gérard Depardieu et Harvey Keitel n'auront pas suffi à assurer le succès du film en Roumanie

Un lancement décevant pour A Farewell to Fools

C'est le film le plus coûteux jamais produit en Roumanie depuis la révolution de 1989, avec un budget de 3,2 millions d'euros, et son lancement a été un des plus vastes de ces dernières années, avec 40 copies réparties dans quelques 20 villes. Le film a aussi parmi ses acteurs Gérard DepardieuHarvey Keitel et Laura Morante, ainsi que plusieurs acteurs roumains très populaires, et pourtant, A Farewell to Fools [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 n'a vendu que 3246 entrées en son premier week-end à l'affiche, ce qui est de mauvais augure pour sa sortie aux États-Unis.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

A Farewell to Fools est le premier remake de l'histoire du cinéma roumain. Il s'inspire en effet de la nouvelle The Death of Ipu de Titus Popovici, qui a été adaptée en 1971 par Sergiu Nicolaescu, populaire pendant  l'ère communiste, sous le titre And Then I Sentenced Them All to Death. La nouvelle adaptation a été mise en scène par Bogdan Dreyer, qui a quitté la Roumanie pendant les années 1990 après y avoir réalisé le premier long métrage de l'après-révolution. Son film, initialement intitulé Ipu - Convicted to Live, place Gérard Depardieu dans le rôle d'Ipu, l'idiot du village dans une petite communauté de Transylvanie à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, mais ni la célébrité de l'acteur franco-"russe", ni celles d'Harvey Keitel et Laura Morante n'ont su convaincre le public roumain;

Ipu est le meilleur ami d'Alex (Bogdan Iancu), un des enfants du village. Ils passent leur temps à pêcher et à jouer à la guerre. En fait, Ipu est français et son vrai nom est Théodore : il est dans ce village parce que l'armée française l'y a abandonné à la fin de la Première Guerre mondiale. Quand le Père Ioan  (Keitel) l'a trouvé, il était presque mort et sans aucun souvenir de sa vie passé. Cette fois, c'est au tour de Théodore de sauver la vie du prêtre : quand un soldat allemand est tué dans le village et qu'un officier allemand annonce que tous les membres importants de la communauté seront tués si le tueur ne se dénonce pas, les villageois demandent à Ipu de se sacrifier pour les autres.

Hélas, le scénario composé par Dreyer avec Anusavan Salamanian néglige le contraste dramatique entre les riches du village et l'idiot, sans défense devant leur ruse, ce qui transforme A Farewell to Fools en farce chaotique où l'on fait des grands gestes, où l'on crie beaucoup et où les dialogues prononcés en anglais avec un éventail d'accents différents sont assez superficiels.

A Farewell to Fools est un peu sauvé par le jeu de Depardieu, très à l'aise dans ce rôle à mi-chemin entre Mammuth et la série des Astérix et Obélix, et du jeune Bogdan Iancu (13 ans) dans celui d'Alex l'innocent, qui n'est pas prêt comme le prêtre, sa femme, le maire (Nicodim Ungureanu), le docteur (le Belge Hubert Damen), le notaire (Gheorghe Visu) et le commissaire de police (Alexandru Bindea) à sacrifier Ipu. Alex et Ipu fonctionnent bien ensemble à l'écran. Leurs pitreries dans les ruines de la forteresse renvoie à Saint Matthieu et l'idée qu'heureux sont les pauvres d'esprit. Le film aurait pu constituer une analyse intéressante sur l'innocence menacée par le pouvoir, mais Bogdan Dreyer ne parvient pas à transformer son film en méditation pertinente sur le destin des exclus.

A Farewell to Fools, tourné en deux semaines dans la ville médiévale de Sighisoara puis en studio à Bucarest, n'a pas le lustre historique qu'on attendrait d'un film au budget de 3,2 millions d'euros auquel ont contribué des designers et costumiers internationaux. La sortie roumaine du film a aussi été affectée par un conflit entre le réalisateur et son producteur Giuliano Doman, Dreyer ayant décidé de poursuivre ce dernier en justice pour avoir changé la fin du film et essayé d'empêcher sa sortie, soutenu selon la rumeur parDepardieu et Keitel, qui ne se sont pas rendus à la projection officielle du film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy