email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE France

25 professionnels pour une réflexion collective d’intérêt général

par 

- Mis en place par le CNC et piloté par René Bonnell, le groupe de suivi des Assises pour la diversité du cinéma français réunit 25 personnalités

25 professionnels pour une réflexion collective d’intérêt général

Ouverte avec fracas par Vincent Maraval (news) et relayée le 23 janvier avec un premier volet des Assises pour la diversité du cinéma français (article), la réflexion sur le modèle de financement de l’industrie cinématographique française et ses éventuelles adaptations va se poursuivre demain avec le début des travaux d’un groupe de suivi (mis en place par le CNC) piloté par René Bonnell et composé de 25 personnalités.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

Les producteurs figurent en nombre avec Marc Missonnier (Fidélité Films), Denis Freyd (Archipel 35), 
Milena Poylo (TS Productions), Martine Marignac (Pierre Grise Productions) et Christine Gozlan (Thelma Films), auxquels on peut ajouter les représentants de sociétés indépendantes actives en production, distribution et ventes internationales comme Margaret Menegoz (Les Films du Losange), Vincent Grimond (Wild Bunch) et Emilie George (Memento Films), voire en production et distribution comme Carole Scotta (Haut et Court) et Valérie Garcia (Mars Films), ou simplement en distribution (Philippe Aigle - Océan Films). Le tout sans oublier les structures présentes à tous les étages de la filière avec Alain Sussfeld (UGC) et Marc Lacan (Pathé Films).

Le groupe de suivi inclut aussi deux réalisateurs (Michel Hazanavicius et Jean-Jacques Jauffret), une scénariste (Agnès de Sacy), l’agent artistique Elisabeth Tanner (Artmedia), le représentant de l’exploitation art-et-essai Patrick Brouiller, Gilles Gaillard (Mikros Image) pour les industries techniques, sans oublier Jean–Yves Bloch (Universciné) et Marc Tessier (Video Futur Entertainment Group) pour le secteur de la vidéo. Enfin, cette "Dream Team" est complétée par des financiers du cinéma tels Manuel Alduy  (Canal +), Daniel Goudineau (France 3 Cinéma), Philippe Bony (M6) et Serge Hayat (Cinémage).

Dans sa lettre de mission adressé à René Bonnell, Eric Garandeau, le président du CNC a souligné l’importance de "préserver la solidarité et la confiance mutuelle qui fondent le système de soutien depuis son origine" et de " formuler des propositions permettant de pérenniser la qualité, la diversité et la performance du cinéma français".  Les objectifs de cette réflexion collective ? "Clarifier et rendre plus transparentes les relations entre les différents intervenants économiques de la production et de la diffusion des films", "moderniser les pratiques d’autorégulation du secteur" "revisiter les dispositifs d’encadrement et de soutiens publics", "maintenir la pluralité de la production et soutenir des modèles économiques cohérents avec les risques pris par les différents intervenants de la chaîne de production et de diffusion des films (contrôle des coûts, transparence des recettes, conditions de rentabilité)."

Le groupe de suivi mènera ses travaux jusqu’à fin 2013 et présentera un point d’étape de ses réflexions ici à la fin juin.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.