email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CRITIQUES Roumanie

Miss Christina : un film d'horreur roumain

par 

- Après avoir remis la comédie romantique à la mode dans son pays avec Hello! How Are You?, Alexandru Maftei explore un nouveau genre au Festival de Transylvanie

Miss Christina : un film d'horreur roumain

On peut regarder vingt films roumains, le fait est : si le cinéma de roumain ne manque pas de trophées, il ne brille pas par sa diversité. Miss Christina, le film très atmosphérique que présente Alexandru Maftei dans le cadre des Journées roumaines du Festival international de Transylvanie (31 mai-9 juin), ouvre toutefois la porte au cinéma de genre en Roumanie.

Ce titre, adapté du roman fantastique éponyme de Mircea Eliade (dont Francis Ford Coppola a déjà adapté l'oeuvre en 2007 avec L'Homme sans âge [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), raconte l'histoire d'Egor (Tudor Aaron Istodor ), un jeune peintre qui arrive avec son amante Sanda (Ioana Anastasia Anton) dans la demeure de famille de cette dernière, au milieu d'un domaine forestier. En pleine nature, Egor espère trouver l'inspiration, mais il se retrouve vite hanté par Miss Christina (Anastasia Dumitrescu), la très belle tante de Sanda, brutalement assassinée des décennies auparavant, en 1907, lors d'une révolte de paysans. L'atmosphère étrange qui règne dans la maison et les rêves colorés d'Egor favorisent la naissance d'une histoire d'amour très particulière.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Alexandru Maftei réunit de main de maître des décors et des costumes parfaits ainsi qu'une bande originale et des effets sonores percutants pour dépeindre le triangle amoureux fantastique qui se forme entre Egor, Sanda et Christina. On ne peut s'empêcher de songer aux vampires quand les villageois vivant dans le domaine parlent d'enfants et de bétail morts, mais il faut dire aussi que le folklore et la littérature roumains regorgent d'histoires de morts-vivants qui vont bien au-delà que ce qu'on a connu sous la plume de Bram Stoker. Maftei choisit donc d'ignorer la figure moderne du vampire pour nous livrer un conte gothique luxuriant sur l'obsession du surnaturel et la renaissance grâce à l'amour. Le résultat est tout à fait réussi, bien que le film aurait mérité un budget plus généreux.

Les lauréats des Journées roumaines seront annoncés le 8 juin, pendant la cérémonie de clôture du Festival de Transylvanie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy