email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENICE 2013 Projections spéciales

Redemption : l'épître de Miguel Gomes aux Européens

par 

- L'excellent réalisateur portugais présente son court métrage sur le Lido, après quoi il le montrera à Toronto

Redemption : l'épître de Miguel Gomes aux Européens

Alors qu'il prépare le tournage de son quatrième long métrage, intitulé Les mille et une nuits, le réalisateur portugais Miguel Gomes vient pour la première fois à Venise pour présenter son court métrage Redemption hors-compétition. 

Ce travail, qui est une coproduction entre le Portugal, la France, l'Allemagne et l'italie, se compose exclusivement de documents d'archives et d'images en super 8. Redemption est un "film épistolaire" où quatre personnages d'époques ou de pays dictincts dévoilent leurs âmes en voix off, à travers des lettres et des textes intimes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

D'abord, Gomes nous transporte dans le Portugal de 1975 quand, après la Révolution des Oeillets, le pays a vu le retour de citoyens qui vivaient dans les colonies. Un enfant décrit  à ses parents, qui sont encore en Afrique, la difficulté de vivre sans eux sur le continent et le froid, la tristesse et la pauvreté du pays qu'il vient de rejoindre. Les images d'archives recueillies pour cette partie du film mélangent des paysages ruraux portugais des années 1970 avec l'Afrique idyllique qui faisait déjà fantasmer Gomes dans Tabou [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Miguel Gomes
interview : Miguel Gomes
fiche film
]
.

On se rend ensuite à Milan en 2011. Entre des images industrielles et des scènes retraçant la chute de Mussolini, on entend le récit pathétique d'un vieil homme qui, bien qu'il ait aimé beaucoup de femmes, n'a jamais oublié Alessandra, "l'ange blond et muet" de son enfance.

En 2012, à Paris, un père politicien sur le point de quitter un poste important confesse à sa petite fille, qui n'est encore qu'un bébé, qu'elle aura accès à la meilleure éducation possible mais qu'elle ne pourra pas compter sur lui pour être présent à ses fêtes d'anniversaire.

Enfin, une jeune femme se marie à Leipzig en 1977, mais ce n'est pas le jour le plus heureux de sa vie. Ce qu'elle n'oubliera jamais, c'est Parsifal de Wagner, mais est-ce une raison suffisante pour qu'on l'accuse de trahir la révolution socialiste ?

Les quatre récits, co-écrits par Gomes avec Mariana Ricardo (déjà sa collaboratrice sur Tabou), sont pleins d'émotion et d'ironie. Le style narratif, désarmant, allie fausse intimité et Histoire véritable. Le film prend des réalités sociales et des personnalités politiques européennes comme points de départ pour créer des biographies fictives, partielles, et, peut-être, sans aucun espoir de rédemption.

Après son passage sur le Lido, Redemption sera présenté à Toronto (5-15 septembre).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy