email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2013 Hors-compétition

Locke : une nuit au volant pour Tom Hardy

par 

- Le deuxième long métrage derrière la caméra du talentueux scénariste britannique Steven Knight ne déçoit pas les attentes et marque un moment décisif dans la carrière de son acteur

Locke : une nuit au volant pour Tom Hardy

Locke [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, deuxième long métrage derrière la caméra du talentueux scénariste britannique Steven Knight, a été présenté à la Mostra de Venise hors-compétition. Après avoir signé des scénarios brillants comme ceux de Dirty Pretty Things [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Stephen Frears, Amazing Grace [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Michael Apted et Les Promesses de l'ombre de David Cronenberg, Knight s'est lancé dans la réalisation avec Hummingbird (Redemption), interprété par Jason Statham et lancé sur les écrans d'outre-Manche par Lionsgate au mois de juin.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Locke, écrit par Knight et produit par la société Shoebox de Paul Webster, marque un moment décisif dans la carrière de l'acteur londonien Tom Hardy, qui jusqu'ici excellait dans des rôles très physiques, confinant parfois au transformisme, du taulard violent de Bronson [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Nicolas Winding Refn (2009) au boxeur agressif de Warrior de Gavin O'Connor en passant par le hors-la-loi au coeur d'or de Lawless de John Hillcoat, l'espion glacial Ricki Tarr dans La Taupe de Tomas Alfredson, le faussaire de rêves dans Inception de Christopher Nolan et le psychopathe Bane, l'ennemi de Batman dans The Dark Knight : le Chevalier noir, également réalisé par Nolan.

Dans Locke, contrairement à ses habitudes, Hardy reste assis au volant d'une BMW pendant 85 minutes – l'action du film se déroule en effet en temps réel, bien que Knight ait tourné toutes les scènes dix fois avant de choisir les meilleures prises.

Bien que ce drame psychologique se passe entièrement dans l'habitacle d'une voiture, la tension qui ne cesse de croître au fil du film en fait un thriller à vous couper le souffle. Pendant tout son trajet au volant de sa BM, le personnage de Tom Hardy est au téléphone (sur haut-parleur) avec plusieurs interlocuteurs et le peu de fois où il ne l'est pas, il parle à voix haute. Son trajet est une course contre la montre pour débrouiller le sac-de-noeud qu'est devenue d'un coup sa vie. Grâce à la performance de Hardy et aux voix des acteurs qui lui répondent au téléphone (Ruth Wilson, Olivia Colman, Andrew Scott, Tom Holland et Bill Milner), le pari de Steven Knight est une complète réussite qui rive le spectateur à l'histoire de cet homme.

Ivan Locke (Tom Hardy) est un directeur de chantier respecté dans une Londres contemporaine dont l'urbanisation évolue constamment. Le lendemain du soir où on fait sa connaissance, il est censé verser sur un site des milliers de tonnes de ciment, apportées par plus de deux centaines de camions, pour construire les fondations d'un gigantesque gratte-ciel.

Bien qu'il soit seul responsable de cette complexe et colossale opération, pour ne pas répéter l'erreur d'un père bon à rien qui l'a abandonné avant sa naissance, Ivan a fait un autre choix qui va bouleverser son existence, celui de la responsabilité pleine et entière : il va en effet rejoindre une femme fragile avec laquelle il n'a trompé sa femme qu'une fois, mais qui est sur le point de donner naissance au fruit de cette brève rencontre.

Locke se retrouve ainsi d'un coup face à deux impératifs insurmontables : le premier, le plus difficile, est d'appeler sa femme Katrina pour tout lui avouer et la convaincre qu'il l'aime malgré tout et veut retourner après cette nuit auprès d'elle et de leurs deux fils ; le deuxième est de guider son assistant Donal pour qu'il accomplisse à sa place la tâche difficile dont l'échec coûterait 100 millions de dollars à son commanditaire, basé à Chicago, le tout pendant qu'une femme anxieuse l'attend pour accoucher. Mais comme le dit sa femme, "la différence entre jamais et une fois, c'est la différence entre le bien et le mal".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy