email print share on facebook share on twitter share on google+

PRODUCTION Italie / France

La Sapienza : une histoire d'amour entre architecture et sentiments

par 

- Le Français Eugène Green commence aujourd'hui le tournage de son film, produit par l'Italien Alessandro Borrelli pour La Sarraz Pictures et Martine de Clermont- Tonnerre pour la société hexagonale Mact Productions

La Sapienza : une histoire d'amour entre architecture et sentiments

De ce mercredi 12 septembre au 12 octobre, entre Bissone, Stresa, Turin et Rome, le Français Eugène Green tourne La Sapienza, produit par l'Italien Alessandro Borrelli pour La Sarraz Pictures et Martine de Clermont- Tonnerre pour la société hexagonale Mact Productions.

Le titre du film renvoie à un des projets les plus extraordinaires qu'ait réalisé l'architecte du XVIIème siècle Francesco Borromini : l'église Sant’Ivo alla Sapienza de Rome.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le long métrage de Green tourne autour de la figure d'un architecte qui a perdu l'inspiration et veut retrouver ce qui l'a poussé à faire ce métier quand il était jeune : le baroque et ses grandes figures, comme Guarini à Turin et Borromini à Rome. Mais le sujet principal du film est l'histoire d'amour qui se développe en parallèle entre l'architecture, l'inspiration, et bien sûr les sentiments.

La troupe du film comprend Fabrizio Rongione (d'origine italienne mais né en Belgique, il a joué pour De Maria, Corapi et Francesca Comencini, participé au film Diaz [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Daniele Vicari
fiche film
]
, et sera à l'affiche du prochain film des frères Dardenne), Christelle Prot (une fidèle de Green), Arianna Nastro (La solitude des nombres premiers [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Luca Marinelli
fiche film
]
) et Ludovico Succio, pour la première fois à l'écran.

Green, réalisateur et dramaturge, a composé lui-même le sujet et le scénario du film. On lui doit déjà Toutes les nuits (2001), lauréat du Prix Louis-Delluc du meilleur premier film, Le Nom du feu, présenté à Locarno en 2002, Le Monde vivant, sélectionné à Cannes en 2003, Le Pont des Arts (2005), présenté à Locarno, et Les Signes (2006).

La photographie de La Sapienza a été confiée à Raphael O’Byrne; le son à Mirko Guerra et Sonia Portoghese (Sette Opere di Misericordia [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), les décors à Giorgio Barullo et les costumes à Agnès Noden.

Pour Alessandro Borrelli, le producteur italien du film, ce dernier "s'insère parfaitement dans la trajectoire de notre société de production, qui fait un cinéma de qualité qui s'adresse à un public vaste et aborde des thèmes universels comme la passion, l'amour, la beauté et l'art".

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.