email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE France

Le financement au coeur des débats à Dijon

par 

- Ministre, présidente du CNC, pilotes de Wild Bunch, UGC, Canal+, TF1 et autres ténors : confrontation d'opinions aux Rencontres Cinématographiques

Le financement au coeur des débats à Dijon

Alors que l'industrie cinématographique française vient de s'extraire du long psychodrame de la négociation de sa nouvelle convention collective (lire l'article) avec des dérogations (pour 5 ans) pour les films à moins de 3 M€ de budget et un moratoire pour les longs métrages au devis inférieur à 1M€, les professionnels prennent aujourd'hui la route des 23èmes Rencontres Cinématographiques organisées par L’ARP (société civile des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs) à Dijon du 24 au 26 octobre. Et le rendez-vous ne manquera de débats cruciaux et d'intervenants de haut niveau (lire l'article et l'interview de la déléguée générale de L'ARP, Florence Gastaud).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Parmi les sujets abordés, le débat sur la transparence et la rentabilité des films est particulièrement attendu dans un contexte où Canal+, le financier n°1 du cinéma français, va voir passer l'an prochain sa TVA de 7% à 10%. L'ARP a posé quelques jalons pour l'échange : "nombreux sont les distributeurs à regretter que les producteurs ne partagent pas assez leurs risques. Nombreux sont les producteurs à regretter que les distributeurs ne partagent pas assez leurs gains. Est-ce la logique même du préfinancement qui doit être remise en question ? Le marché français peut-il absorber à lui seul, autrement que par exception, des budgets de production en croissance ? Le marché étranger peut-il compenser cette tendance ?" En discuteront Vincent Grimond (président de Wild Bunch), Alain Sussfeld (directeur général d'UGC) et Laurent Vallet (directeur général de l'IFCIC - Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles) avec en conclusion René Bonnell (chargé du rapport encore mystérieux sur la rentabilité des films français).

Autre thème passionnant, également lié au financement : la question de la diversité et l'émergence de nouveaux talents. En débattront notamment le cinéaste Pierre Schoeller (L'Exercice de l'Etat [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Pierre Schoeller
fiche film
]
) et les producteurs Anne-Dominique Toussaint (Les Films des Tournelles), Julie Gayet (Rouge International) et Gilles Sacuto (TS Productions), deux semaines à peine après la parution dans le quotidien Le Monde d'une lettre ouverte d'une quarantaine de producteurs alertant l'attention des pouvoirs publics sur les menaces graves pesant sur l'existence des premiers films et films d'auteur à moins de 2 M€ de budget.

A noter que les pistes de réforme du système cinématographique et les questions européennes feront également l'objet de débats incluant entre autres intervenants Aurélie Filippetti (ministre de la Culture et de la Communication), Frédérique Bredin (présidente du CNC), Rodolphe Belmer (directeur général de Canal+), Nonce Paolini (président directeur général de TF1), Rémy Pflimlin (président de France Télévisions), Richard Patry (président de la Fédération Nationale des Cinémas Français) ou encore le Belge Patrick Quinet (président de l'Union des Producteurs de Films Francophones), sans oublier Pierre Lescure, président exceptionnel de cette édition des Rencontres de Dijon.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy