email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2014 Forum

Berlinale : Personnages profonds et humour dans Blind Dates

par 

- La suite de Street Days, de Levan Koguashvili, parvient à être à la fois drôle et profonde

Berlinale : Personnages profonds et humour dans Blind Dates
Blind Dates de Levan Koguashvili

Le second film du réalisateur et scénariste géorgien Levan Koguashvili, présenté dans la section Forum du Festival de Berlin, donne une suite délicieuse à son premier long-métrage, Street Days. Blind Dates [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Levan Koguashvili
fiche film
]
, plus léger mais non moins profond, conserve le même humour ironique tout en offrant une structure narrative plus complexe.

Sandro (Andro Sakvarelidze) est un instituteur  de 40 ans qui vit encore chez ses parents. Ces derniers sont très inquiets de voir leur fils encore célibataire. Un ami de Sandro, Iva (Archil Kikodze), essaie de lui faire rencontrer des femmes, mais il n’est pas à l’aise dans ce genre de situation. Et puis Sandro tombe amoureux de Manana (Ia Sukhitashvili), coiffeuse et mère d’un de ses élèves, mais quand le mari de Manana, Tengo (Vakhtang Chachanidze), sort inopinément de prison, les événements prennent une tournure compliquée pour tous, même pour l’employée de Manana, Natia (Marika Antadze).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Koguashvili donne à son film un rythme plutôt lent, que les personnages soient en train de regarder un match de football ou sur le point d’être roués de coups, mais les nombreux retournements de situation du film maintiennent l’intérêt du spectateur. Les acteurs disent leur texte avec des visages impassibles et un tel flegme qu'il en est comique et donne au film un ton pince-sans-rire.

La structure narrative comprend, dans la deuxième partie du film, une parenthèse par rapport à l’intrigue principale. On y voit Tengo tentant vainement de soutirer une importante somme d’argent à la famille de son ex-compagnon de cellule. Là où beaucoup auraient mis en scène ce passage en s'inspirant des films de gangsters de Scorsese, Koguashvili conserve intelligemment le même rythme, ce qui rend cet interlude encore plus divertissant.

Derrière cette approche volontairement légère de la part du réalisateur se trouve l’histoire émotionnelle plus profonde d’un homme d’honneur, un homme passionné qui parle peu, mais dont les actes disent beaucoup de ses valeurs. Sandro est un des personnages les plus silencieux et impressionnants du cinéma caucasien récent. Le film de Koguashvili a déjà voyagé loin de la mer Noire, obtenant notamment des prix à Abu Dhabi et Palm Springs. Il est également au programme de dix autres festivals à venir. Blind Dates a été coproduit par les sociétés géorgiennes Millimeter Film et Kino Iberika avec la maison ukrainienne Tato Film. Ses ventes internationales sont gérées par Films Boutique

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy