email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

OSCARS 2014 Italie

Sorrentino souhaite "que l'industrie italienne travaille plus en direction du marché international"

par 

- L'ANICA précise : "C'est le couronnement de 15 ans d'expérimentation de nouvelles énergies et de nouvelles idées"

Sorrentino souhaite "que l'industrie italienne travaille plus en direction du marché international"
Paolo Sorrentino

Tandis que le monde du cinéma italien fête l'Oscar remporté par La Grande Bellezza [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Paolo Sorrentino
fiche film
]
de Paolo Sorrentino, ce dernier a voulu profiter de la conférence de presse qui a suivi la cérémonie pour souhaiter "que l'industrie italienne travaille plus en direction du marché international". Pour lui, "cela fait longtemps, trop longtemps, que nous ne faisons des films que pour le marché local. J'espère que ce prix sera une émulation pour le cinéma italien".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

"C'est le couronnement de 15 ans d'expérimentation de nouvelles énergies et de nouvelles idées en Italie", a commenté, Riccardo Tozzi, le président de l’ANICA, en apprenant la victoire de Sorrentino. "L'industrie du film nationale, a-t-il dit, est fière de représenter ainsi l'Italie à l'étranger. Le succès de Sorrentino est la pointe du diamant, la preuve de l'excellent travail qu'a fait le cinéma italien ces dernières années, dépassant sur son territoire les 25% de part de marché et devenant dans les festivals internationaux un des cinémas les plus présents et les plus souvent récompensés".

Pour Roberto Cicutto, administrateur délégué de Luce-Cinecittà : "Ce film a gagné par sa 'beauté' et sa capacité à se faire comprendre et à toucher les gens partout dans le monde. Les gagnants sont Paolo Sorrentino, ses acteurs (à commencer par Toni Servillo) et ses techniciens (en particulier le directeur de la photographie Luca Bigazzi), mais aussi ses producteurs (Nicola Giuliano et Francesca Cima d'Indigo Film), qui investissent depuis des années avec détermination sur des auteurs comme Paolo et sur des débutants et savent concilier leur indépendance avec la force de Medusa en matière de distribution. À présent, c'est au monde politique de faire son devoir. J'espère que cette fois, il va se rendre compte que les professionnels du secteur (ANICA), les instances politiques (le Ministère de la Culture, le Ministère du Développement économique et l'Institut du commerce extérieur) et les organes de promotion (Luce-Cinecittà) doivent s'unir pour soutenir la distribution de nos films à l'étranger y compris dans ses aspects commerciaux".

Angelo Barbagallo, qui préside la section producteurs de l'ANICA, se réjouit lui aussi du succès de La Grande Bellezza : "Je félicite aussi Nicola Giuliano et Francesca Cima d'Indigo Film. Pour nous les producteurs italiens, cet exemple de succès confirme que nous sommes capables de soutenir et valoriser le travail nos auteurs et nos talents".

Andrea Occhipinti, son homologue de la section distributeurs, qui a lui-même coproduit et distribué Il divo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicola Giuliano
interview : Paolo Sorrentino
interview : Philippe Desandre
fiche film
]
puis coproduit This Must be the Place [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Paolo Sorrentino
fiche film
]
, a loué "le talent d'un grand artiste qui fait honneur à notre cinéma et donne une belle image de la culture italienne dans le monde".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy