email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2003 Francia

Chirac, supporter du cinéma français

par 

Soutien absolu au cinéma français et à ses mécanismes d'aides, tel est le message envoyé lundi 28 avril par le président de la République, Jacques Chirac qui recevait pour la première fois à l'Elysée des acteurs et réalisateurs des films français sélectionnés pour le Festival de Cannes 2003.
François Ozon, Bertrand Blier, Claude Miller, Solveig Anspach, Gérard Krawczyk, Ludivine Sagnier, Elodie Bouchez et Vincent Perez étaient présents, aux côtés de Jean Rochefort qui fera partie du jury de la prochaine compétition officielle sur la Croisette. Mais d'autres personnages du 7e art hexagonal avaient répondu à l'invitation de Jacques Chirac, comme Luc Besson, Philippe Noiret, Jean-Pierre Marielle, Hippolyte Girardot, Hélène de Fougerolles, Julie Depardieu et Elsa Zylberstein. Un auditoire très attentif au discours du président de la République qui a réaffirmé sa «détermination et celle du gouvernement à soutenir et à défendre» le dynamisme du cinéma français: «défendre notre cinéma, c'est défendre un art national, un patrimoine en devenir, une industrie.... C'est se battre, sur ce front comme sur d'autres, contre l'uniformité qui ne peut qu'appauvrir les hommes».

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Jacques Chirac a également annoncé que le ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon allait bientôt présenter de nouvelles mesures de soutien du cinéma français. «Nos mécanismes ont depuis plus de 50 ans fait la preuve de leur efficacité et de leur pertinence. Sans eux, notre cinéma ne serait pas ce qu'il est. C'est pourquoi il nous faut les préserver, les conforter, les adapter aux évolutions du temps et du monde», a-t-il déclaré, insistant pour que la Commission Européenne reconnaisse définitivement la légitimité des aides publiques à la culture et réaffirmant l'opposition de la France «à toute ouverture du secteur cinématographique et audiovisuel dans le cadre des négociations à l'OMC».

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy