email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Italie

New York parle italien

par 

- Du 30 mai au 12 juin le Lincoln Center accueille «Open Roads», le festival dédié au cinéma transalpin. Beaucoup de films en avant-première nord-américaine, sont prêts à être lancés dans les USA

New York parle italien

Du 30 mai au 12 juin le cinéma italien se met en vitrine. A New York va en scène «Open Roads», le festival dédié à la production italienne organisé par strong>Italia Cinema avec la prestigieuse Film Society du Lincoln Center. La troisième éDition de l’évènement offre un panorama à 360 degrés sur le cinéma transalpin: aux côtés des long-métrages des nouveaux auteurs, cette année on pourra voir aussi des courts, des films d’animation et des hommages au cinéma du passé.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La vitrine new-yorkaise est une occasion de promotion culturelle et commerciale à ne pas perdre. Sont toujours présents les représentants des Majors américaines, depuis Miramax à Sony et Paramount. «Open Roads» ouvrira avec El Alamein de Enzo Monteleone et Ginger and Cinnamon de Daniele Lucchetti, qui seront projetés en avant-première internationale. Mais on pourra voir aussi La felicità non costa niente de Mimmo Calopresti, Aprimi il cuore de Giada Colagrande, Casomai d’Alessandro D'Alatri, Ultimo Stadio de Ivano De Matteo, La forza del passato [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Piergiorgio Gay
fiche film
]
de Piergiorgio Gay, Un'ora sola ti vorrei d’Alina Marazzi, Estranei alla massa de Vincenzo Marra, Pater Familias [+lire aussi :
interview : Francesco Patierno
fiche film
]
de Francesco Patierno, L'anima gemella [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Sergio Rubini, Due amici [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Spiro Scimone et Francesco Sframeli, My name is Tanino [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Paolo Virzì et Velocità Massima de Daniele Vicari.

Et l’hommage au cinéma italien du passé avec les projections des Aventures Pinocchio de Luigi Comencini et Le jugement universel de Vittorio De Sica. Et enfin les courts et les films d’animation «Made in Italy»: Rosso fango de Paolo Ameli, In utero d’Ila Beka, L'ultimo rimasto in piedi de Ugo Capoluto, Stretta mano de Davide Marengo, Playgirl de Fabio Tagliavia, Radioportogutenberg d’Alessandro Vanucci, La funambola de Roberto Catani et L.City de Sandro del Rodario.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.