email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BLACK NIGHTS 2015 Compétition Premiers films

Staying Alive : comment survivre à la dépression

par 

- Avec son 1er long-métrage, la Norvégienne Charlotte Blom nous offre une comédie douce-amère qui retrace le parcours d’une femme au lendemain d’une rupture, alors qu’elle tente de se redécouvrir et de commencer une nouvelle vie

Staying Alive : comment survivre à la dépression

Staying Alive [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Charlotte Blom
fiche film
]
, le premier long-métrage de la Norvégienne Charlotte Blom, qui emprunte son titres à la célèbre chanson des Bee Gees, se classe dans la catégorie des comédies familiales peu conventionnelles qui traitent des conséquences d’une rupture tout en dressant un tableau aussi mélancolique qu’humoristique du nouveau départ qui suit généralement. Après plusieurs courts-métrages expérimentaux, Blom prend donc une direction nouvelle. Son film, produit par Synnøve Hørsdal pour Maipo Film, distribué par Nordisk Film Distribusjon AS, a été présenté à la 19e édition du Festival Black Nights de Tallin (13-29 novembre).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

À première vue, Marianne (Agnes Kittelsen) et Håkon (Andres Baasmo Christiansen) ont tout du couple charmant et solide. Ils semblent fait l’un pour l’autre : elle est insouciante et espiègle, toujours à la recherche de la nouveauté ; il est, à l’inverse, sérieux et responsable. Ils mènent une vie ordinaire et heureuse dans un quartier paisible d’Oslo, élèvent leurs deux enfants, invitent leurs amis à dîner et profitent l’un de l’autre. C’est du moins ce qu’il paraît. Tout bascule le jour où Marianne découvre que son partenaire, qu’elle croyait bien sous tout rapport, entretient une liaison avec une collègue. Cette découverte, ainsi que tous les mensonges qu’elle implique, conduit Marianne à reconsidérer entièrement leur relation. Une fois passés le choc et la scène de ménage, elle choisit de lui pardonner son écart. Cependant, Håkon en a décidé autrement et continue de voir sa maîtresse. Marianne plonge alors dans une dépression douloureuse doublée d’une crise personnelle, avec pour seuls soutiens ses placides parents et sa meilleure amie Kristin (Linn Skåber). 

Pour reprendre les termes de la réalisatrice (lire l’interview) : "Une rupture, en soi, c’est loin d’être drôle". Elle parvient toutefois à aborder le sujet avec tant de clarté et de pragmatisme que les aspects humoristiques du film ne portent jamais préjudice aux scènes douloureuses et délicates. Staying Alive est résolument une comédie atypique qui parvient à installer un équilibre parfait lors de ses basculements dramatiques, et qui illustre bien les difficultés d’une femme à s’adapter à un quotidien nouveau et à se redécouvrir après quinze ans de relation. On suit en effet Marianne tout au long du processus de rupture, laquelle implique naturellement de la tristesse et de la souffrance, mais aussi d’hilarant moments d’immaturité et d’affirmation de soi. La musique (des Bee Gees, de Marvin Gaye ou encore de Johnny Logan, pour ne citer que quelques uns des artistes auxquels on doit la bande sonore)  joue une rôle-clé dans l’histoire et reflète les thèmes principaux du film, mais c’est la virtuosité des dialogues qui donne à ce titre tout son charme, et construit un récit entier qui plaira aux festivals comme au public.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Séverine Meuleman)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy