email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Norvège

Je danserai si je veux et Sámi Blood vainqueurs au Festival Kosmorama de Trondheim

par 

- Ce sont les réalisatrices qui ont dominé le festival norvégien, qui mettait justement les femmes cinéastes à l’honneur ; cette édition bat un nouveau record d’audience

Je danserai si je veux et Sámi Blood vainqueurs au Festival Kosmorama de Trondheim
Je danserai si je veux de Maysaloun Hamoud

Le Festival Kosmorama – le Festival international du film de Trondheim, qui s’est achevé le 12 mars et mettait cette année les femmes cinéastes à l’honneur (en plus de coïncider avec la Journée internationale de la femme), a justement couronné des réalisatrices. 

Je danserai si je veux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Maysaloun Hamoud
fiche film
]
de la Palestinienne Maysaloun Hamoud, primé à six festivals internationaux dont San-Sebastian et Toronto, a reçu le Prix Nouveaux réalisateurs du meilleur film de la compétition principale (qui accueillait treize films de neuf pays et quatre continents). Ce premier long-métrage suit trois femmes, colocataires à Tel Aviv : une DJ qui travaille dans un bar, une avocate et une jeune Arabe musulmane prénommée Noor, qui les rejoint plus tard. Malgré leurs différences, elles deviennent très proches. Deux des acteurs du film, Shaden Kanboura (Noor) et Henry Andrawes, étaient à Trondheim pour parler du film. Le prix principal de Trondheim a pour but de mettre en avant les réalisateurs montants – ou, pour reprendre les termes employés par les organisateurs du festival, "les nouveaux acteurs du cinéma mondial qui laisseront leur marque". 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le jury, composé de l’actrice Marianne Meløy, l’auteur Frode Saugestad et le critique Einar Guldvog Staalesen, a ainsi commenté sa décision : "Hamoud a réalisé un film engagé avec des personnages crédibles, des femmes toutes trois partagées entre leurs aspirations personnelles et leurs milieux d’origine qui décident alors de créer leur propre cercle, au sein duquel chacune se sacrifie pour les autres. On en est fier et on s’attache à elles".

Sámi Blood [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Amanda Kernell
interview : Lars Lindstrom
fiche film
]
de la Suédoise Amanda Kernell, elle aussi débutante, a remporté le Prix du public – après le Prix du meilleur film nordique reçu à Götebord et le Prix Fedeora remporté à Venise. Kernell et sa jeune actrice Lene Cecilia Sparrok ont accompagné le film à Trondheim. Celui-ci raconte l’histoire, située dans les années 30, d’une éleveuse de rennes de 14 ans (aussi interprétée, une fois devenue une dame âgée, par Maj-Doris Rimpi) qui décide, après avoir été victime de racisme et subi des examens de vérification ethnique dans son école, brise tout lien avec sa famille et sa culture lapone parce qu’elle comprend que c’est le seul moyen de commencer une nouvelle vie. Sámi Blood est sorti en Suède le 3 mars. D’après l’Institut suédois du cinéma, les critiques lui ont attribué la note de 4,40 points, la meilleure depuis deux ans. 

Cette 14e édition du Festival international du film Kosmorama de Trondheim a, selon sa directrice Silje Engeness, marqué un tournant : l’événement a reçu le nombre record de plus de 27 000 visiteurs. La 15e édition aura lieu du 5 au 11 mars 2018.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.