email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2017 Prix

La Palme d'Or pour The Square

par 

- CANNES 2017 : Le Suédois Ruben Ostlund s'adjuge le titre suprême. Robin Campillo, Diane Kruger, Lynne Ramsay et Yorgos Lanthimossontaussi au palmarès

La Palme d'Or pour The Square
Ruben Östlund avec sa Palme d'Or, avec Juliette Binoche et Pedro Almodóvar (© A. Pizzoli / AFP / Festival de Cannes)

Les jeux étaient très ouverts et c'est finalement l'exigence et l'intelligence cinématographiques qui ont guidé le jury présidé par Pedro Almodóvar puisque la Palme d'Or du 70e Festival de Cannes a été décernée à The Square [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ruben Östlund
fiche film
]
du Suédois Ruben Östlund. Un coup parfait pour le cinéaste qui participait pour la première fois à la compétition après trois passages sur la Croisette (à Un Certain Regard avec Snow Therapy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ruben Östlund
fiche film
]
en 2014 et Happy Sweden [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erik Hemmendorff
interview : Ruben Östlund
fiche film
]
 en 2008, et à la Quinzaine des réalisateurs avec Play [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ruben Östlund
interview : Ruben Ostlund
fiche film
]
en 2011). Ruben Östlund devient ainsi le second cinéaste de son pays à gagner la Palme d'Or (après Alf Sjöberg en 1951) avec un film produit par la Suède, coproduit par l'Allemagne, la France, le Danemark et les Etats-Unis. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le cinéma européen domine largement le palmarès de cette édition 2017 avec le Grand Prix gagné par le magistral 120 battements par minute [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arnaud Valois
interview : Robin Campillo
fiche film
]
du Français Robin Campillo, le prix d'interprétation féminine attribuée à l'Allemande Diane Kruger pour son émouvante performance dans In The Fade [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fatih Akin
fiche film
]
de son compatriote Fatih Akin, et deux récompenses glanées par You Were Never Really Here [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Lynne Ramsay
fiche film
]
de l'Ecossaise Lynne Ramsay (produit par la France avec le Royaume-Uni et les Etats-Unis) avec le prix d'interprétation masculine pour l'Américain Joaquin Phoenix et le prix du scénario ex-aequo qui a distingué la réalisatrice. Ce dernier prix a été partagé avec les Grecs Yorgos Lanthimos et Efthimis Filippou pour la production irlandaise Mise à mort du cerf sacré [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
réalisée par le premier nommé.

La production européenne a aussi été distinguée par le Prix du jury obtenu par Faute d'amour [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Andreï Zviaguintsev
fiche film
]
du Russe Andrey Zvyagintsev (coproduit par la France, la Belgique, l'Allemagne et la Russie).

Les Etats-Unis s'adjugent une seconde distinction avec le prix de la mise en scène décernée à Sofia Coppola pour Les proies, alors qu'un Prix du 70e anniversaire est allé à l'Australienne Nicole Kidman qui était à l'affiche de deux films en compétition (Mise à mort du cerf sacré et Les proies). 

Ce palmarès de très belle tenue clôture une compétition 2017 plutôt homogène, sans oeuvre emportant très nettement l'adhésion générale et suscitant un enthousiasme partagée par la presse française et internationale (dont les goûts divergent parfois), mais avec un très grand nombre de longs métrages d'excellente facture pêchant légèrement sous un angle ou un autre, voire divisant radicalement la critique.

A noter que comme l'an dernier, c'est une réalisatrice française qui s'adjuge la Caméra d'Or (récompensant le meilleur premier long métrage, toutes sélections confondues) avec l'enthousiasmante tragicomédie Jeune femme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Léonor Serraille
fiche film
]
de Léonor Serraille (qui été présenté à Un Certain Regard).

Enfin, l'avenir du 7e art sur le Vieux Continent semble assuré puisque une mention spéciale de la compétition des courts-métrages est allée au Finlandais Teppo Airaksinen pour The Ceiling (Katto).

Le palmarès :

Palme d'Or
The Square [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ruben Östlund
fiche film
]
 - Ruben Östlund (Suède/Allemagne/France/Danemark/Etats-Unis)

Grand Prix
120 battements par minute [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Arnaud Valois
interview : Robin Campillo
fiche film
]
 - Robin Campillo (France)

Prix de la mise en scène
Sofia Coppola - The Beguiled (Etats-Unis)

Prix d'interprétation féminine
Diane Kruger - In The Fade [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fatih Akin
fiche film
]
(Allemagne/France)

Prix d'interprétation masculine
Joaquin Phoenix - You Were Never Really Here [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Lynne Ramsay
fiche film
]
(France/Royaume-Uni/Etats-Unis)

Prix du meilleur scénario (ex-aequo)
Yorgos Lanthimos, Efthymis Filippou - Mise à mort du cerf sacré [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Yorgos Lanthimos
fiche film
]
 (Irlande/Royaume-Uni/États-Unis)
Lynne Ramsay - You Were Never Really Here

Prix du Jury
Faute d'amour [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Andreï Zviaguintsev
fiche film
]
 - Andrey Zvyagintsev (Russie/France/Allemagne/Belgique)

Prix 70e anniversaire
Nicole Kidman

Caméra d'Or
Jeune femme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Léonor Serraille
fiche film
]
 - Léonor Serraille (France)

Palme d'Or du court métrage
A Gentle Night - Qiu Yang (Chine)
Mention spéciale
Katto - Teppo Airaksinen (Finlande)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.