email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS France

Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête : dans la tête d’un artiste raté

par 

- Le premier long-métrage d’Ilan Klipper est une comédie dramatique psychologique sur la manière dont nos proches nous méjugent avec les meilleures intentions

Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête : dans la tête d’un artiste raté

Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, premier long-métrage du réalisateur français Ilan Klipper (connu grâce à Juke-Box, qui a remporté le Prix Spécial du Jury à Clermont-Ferrand en 2014), coécrit par Raphaël Neal, vient d’être présenté en avant-première internationale à la section parallèle Young Spirit of Europe du Festival du Film Européen de Palić, après sa projection à la sélection ACID de Cannes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Bruno (Laurent Poitrenaux, qui joue également dans Rodin [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) est un écrivain cinquantenaire dont le roman Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête, publié en 1996, a été très applaudi. Aujourd’hui, 20 ans plus tard, avec ce roman pour seul succès, il partage un appartement et passe ses nuits sur le net, se réveille à 14 h et ne sort presque jamais. Son perroquet semble être sa seule compagnie. Un jour, il reçoit la visite surprise de ses parents (François Chattot et Michèle Moretti), de son meilleur ami Alain (Frank Williams, musicien et compositeur de la bande originale du film), et de son ex-femme Laetitia (Marilyne Canto), accompagnés d’une psychiatre, Sophie (Camille Chamoux), car tous s’inquiètent de sa santé mentale.

La situation évolue lentement et Sophie donne des instructions aux proches de Bruno lorsque ce dernier ne se trouve pas dans la pièce. Il pense, en effet, que ses parents tentent de le caser, ce qui expliquerait pourquoi ils lui ont présenté cette femme ravissante. Il ne communique pas même en ligne avec ses amies de longue date. En outre, Bruno se plait à inspirer ses fantasmes d’une scène de Police de Maurice Pialat avec Sophie Marceau et Gerard Depardieu.

Cependant, l’on comprend rapidement que ses parents et la psychiatre sont là pour l’emmener dans une institution spécialisée, contre son gré si cela s’avère nécessaire. Lorsque deux aides médicales arrivent, la situation devient hors de contrôle. Le développement de l’intrigue à cet instant est exceptionnel et il serait dommage de la divulguer aux spectateurs.

Klipper prend soin de faire entrer le public dans la tête du protagoniste. Nous ne savons vraiment jamais discerner le fantasme ou la projection de la réalité – le réalisateur maintient relativement ces deux plans sur le même ton, ce qui rend l’expérience du spectateur encore plus intrigante. L’aspect visuel est intense, et c’est grâce à l’éditrice Carole Le Page qu’un film en huis clos est devenu aussi varié et dynamique.

Ce film nous pousse à nous demander dans quelle mesure nos proches nous connaissent, et à réfléchir sur la manière dont la perception qu’ils ont de nous peut être influencée par leurs propres points de vue et besoins émotionnels plutôt que par nos actions. La seule personne qui semble réellement comprendre Bruno est sa colocataire Justyna (Alma Jodorowsky, au centre d’une scène charmante), alors que Laetitia est, et c’est inattendu, celle qui souhaite le protéger de la façon la plus désintéressée.

Tous les acteurs sont excellents et Poitrenaux, qui interprète le premier rôle principal de sa longue et brillante carrière qu’il a principalement menée au théâtre, se donne corps et âme à ce personnage névrosé, égoïste, certainement perdu, et néanmoins très humain.

Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête est produit par bathysphere Productions. Le film sortira en France en mars 2018 avec Happiness Distribution.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.