email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2017 Piazza Grande

Lola Pater : "Vous voyez bien que votre père n'est pas là"

par 

- LOCARNO 2017 : Un film touchant et maîtrisé signé Nadir Moknèche sur la famille, les racines et l'identité avec une Fanny Ardant exceptionnelle en transsexuelle

Lola Pater : "Vous voyez bien que votre père n'est pas là"
Nadia Kaci et Fanny Ardant dans Lola Pater

Le mort d'une mère déclenche souvent une tempête d'une force inattendue dans la vie d'un homme et tel est le cas pour Zino, le personnage moteur du nouveau film de Nadir MoknècheLola Pater [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, dévoilé en première mondiale sur la Pizza Grande au 70è Festival de Locarno. Car au processus naturel de deuil, ce jeune parisien en apparence bien dans sa peau et accordeur de piano de profession (interprété par le prometteur Tewfik Jallab), ajoute un autre vide, refoulé jusqu'alors et encore plus profond, celui créé par l'absence de très longue date d'un père, son géniteur ayant abandonné sa femme et son fils 25 ans auparavant. Tel est le canevas sur lequel le réalisateur franco-algérien, apprécié avec ses oeuvres précédentes (Le Harem de Mme OsmaneViva LaldjérieDélice Paloma [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 et Goodbye Morocco [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), brode posément une intrigue tendre, s'attaquant à des sujets difficiles et douloureux sans céder à la tentation de dramatiser à l'excès et en injectant un zest de distance amusée dans une situation qui aurait pu aisément déraper dans la gravité aux semelles de plomb ou dans le cirque déraisonnable. En effet, Zino va découvrir assez rapidement que son père Farid est devenu une femme, Lola (incarnée à merveille par Fanny Ardant).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Aiguillé par le notaire chargé de régler la succession, Zino descend dans le sud de la France afin de transmettre la nouvelle du décès de sa mère à celui qui fut autrefois son époux. Mais Farid/Lola qui mène désormais une existence harmonieuse en couple avec une femme et qui donne des cours de danse, se cache, n'assumant pas l'impact prévisible de la confrontation. En grande souffrance affective, Lola va pourtant s'armer de courage ("il faut que j'y arrive toute seule. J'ai peur. Je l'ai abandonné. 25 ans après, je débarque. Comment veux-tu que cela se passe bien ?") et provoquer une rencontre à Paris où Zino, de retour à sa vie et ignorant encore la métamorphose de Farid, récupère avec nostalgie des morceaux du passé de ses parents (photos, vidéos). Un désir latent de retrouver ce père inconnu que son premier "vrai" face-à-face avec Lola bouleverse totalement ("c'est une blague ? N'approche pas ! Espèce de malade !") avant qu'une acceptation progressive ne s'opère : les deux personnages se rapprochent et apprennent à se connaître ("Drôle de pater que tu as là !"). Mais au-delà du changement d'identité sexuelle et de ses motivations que Lola éclaircit peu à peu ("être dans un corps qui n'est pas à toi, tu n'imagines pas quelle souffrance c'est") reste le noeud d'autrefois le plus serré, celui qui étrangle sa relation avec Zino : l'abandon d'un enfant par son géniteur.

Mis en scène avec une discrète maîtrise et tirant notamment le meilleur parti du talent bien connu de Jeanne Lapoirie à la direction de la photographie, Lola Pater est un joli film, pudique dans son refus des ficelles folkloriques de la transsexualité, et préférant tirer délicatement le fil de la relation filiale et de l'importance des racines pour offrir une dimension plus grand public à un sujet souvent abordé au grand écran par sa face plus "sensationnaliste". Une approche en douceur et solaire qui doit beaucoup à la justesse de ses deux interprètes principaux (bien épaulé notamment par Nadia Kaci) et à la sensibilité de Nadir Moknèche, un réalisateur-scénariste dont le sens du rythme narratif est particulièrement affûté.

Produit par Blue Monday Productions et coproduit par les Belges de VersusLola Pater sera lancé le 9 août dans les salles françaises par ARP Sélection. Les ventes internationales sont assurées par Doc & Film.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.