email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SARAJEVO 2017 Compétition Documentaires

Ultra : dans le corps et l’esprit de grands marathoniens

par 

- Le documentaire de Balazs Simonyi nous plonge dans l’univers de l’utramarathon — dans lequel les athlètes courent plus de 200 km ou durant 24 heures en continu – et de ses participants

Ultra : dans le corps et l’esprit de grands marathoniens

Le titre du nouveau documentaire du réalisateur hongrois Balazs Simonyi, Ultra [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, (en compétition au Festival du Film de Sarajevo après son avant-première mondiale aux Visions du Réel) fait référence à l’utramarathon, une discipline dans laquelle les athlètes courent plus de 200 km ou durant 24 heures en continu. L’une des plus grandes courses de ce genre est le Spartathlon, inspiré du voyage d’un messager athénien envoyé à Sparte pour chercher de l’aide durant la guerre avec les Perses à Marathon. Selon, Herodote, Phidippidès est arrivé à Spartes, situé à 246 km d’Athènes, le lendemain de son départ. C’est l’objectif des coureurs qui participent chaque année à cette course sur une route historique, tentant de rejoindre Sparte en 36 heures.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Somonyi à lui-même participé à la course quatre fois, il s’agit donc d’un sujet tout à fait personnel pour le réalisateur. Et c’est de cette façon qu’il aborde le sujet. En outre, l’équipe suit plusieurs coureurs : le Français Gilles et son fils Angel ; Annett, une Allemande d’âge moyen ; et Bela, un compatriote hongrois qui court son propre Spartathlon. En effet, selon les règles, les athlètes qui ne parviennent pas à terminer la course après cinq essais ne peuvent plus s’inscrire. Bela, avec le soutien de sa femme, prépare sa propre course qui aura lieu deux jours après l’évènement officiel.

Passant d’un protagoniste à l’autre, Simonyi montre le sacrifice surhumain et le dévouement que cette course nécessite. Blessures, déshydratation, vomissements, tout est très visuel ; mais plus important encore, le réalisateur nous plonge dans le cœur et l’esprit de ses héros pour expliquer ce qui les motive à réaliser un effort aussi extrême, en nous montrant des vidéos personnelles et des discussions entre les coureurs et leur famille. Il utilise aussi fréquemment le son des microphones accrochés aux coureurs durant leur course – qui parfois peinent même à marcher – nous les entendons respirer et haleter.

Le réalisateur est le seul participant qui interagit directement avec la caméra, à l’exception de la mère et de la femme d’Angel et Gilles et de la femme de Bela, qui les suivent en voiture. Simonyi nous donne une idée de ce qui traverse l’esprit d’un coureur, nous entendons notamment son ressenti par rapport à la douleur physique, mais à mesure que le temps passe, les coureurs sont davantage pris par des questions existentielles aussi amères que drôles : ‘’pourquoi ai-je décidé de faire cela ? Je ne recommencerai plus jamais… Qui suis-je en plus ? ’’

Les longues scènes de courses sont entrecoupées par des plans aériens du terrain qu’ils traversent, ce qui permet une pause, mais cela sert surtout de référence pour déterminer la distance que les coureurs doivent encore parcourir. Ces plans apportent en outre une autre perspective au film : une vision globale de l’un des évènements sportifs les plus extrêmes du monde.

Ultra est une coproduction entre Speak Easy Project (Hongrie), Anemon Productions (Grèce) et HBO Europe. CAT&Docs possède les droits internationaux.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.