email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENICE 2017 Journées des Auteurs

Looking for Oum Kulthum : être artiste au Moyen-Orient

par 

- VENICE 2017: L’iranienne Shirin Neshat réalise un film sur la chanteuse égyptienne légendaire, un film biographique non-conventionnel qui lie cinéma et méta-cinéma

Looking for Oum Kulthum : être artiste au Moyen-Orient
Yasmin Raeis dans Looking for Oum Kulthum

L’artiste et cinéaste iranienne Shirin Neshat, qui a remporté le Lion d’Argent en 2009 avec Women without Men [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, revient aux Journées des Auteurs avec son second long-métrage, Looking for Oum Kulthum [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Shirin Neshat
fiche film
]
, un film biographique non-conventionnel sur la légende de la musique du Moyen-Orient : la chanteuse égyptienne Oum Kulthum. La popularité de cette artiste, peu connue en Occident, mais que le président Nasser n’hésite pas à décrire comme ‘’la quatrième pyramide d’Egypte’’, est indéniable lorsque les spectateurs découvrent, au début du film, les images d’archives de ses funérailles (nous sommes en 1975), auxquels participaient une foule immense. Mais Neshat s’éloigne de la représentation traditionnelle d’une vie extraordinaire et met au centre de son récit une femme, son alter ego, dans laquelle elle se retrouve, un jeu constant entre cinéma et méta-cinéma, entre réalité et fiction.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Mitra (interprétée par l’actrice iranienne Neda Rahmanian) est une réalisatrice qui rêve de tourner un film sur la diva arabe Oum Kulthum. Le tournage a commencé une fois l’actrice principale sélectionnée (l’Egyptienne Yasmin Raeis), mais la réalisatrice se heurtera rapidement aux hommes qui l’entourent et qui ne la considèrent pas à la hauteur ainsi qu’à ce sentiment d’être une mère absente, car elle est absorbée par son travail. Quel prix une femme doit-elle payer pour s’adonner à ses passions dans une société machiste, conservatrice et castratrice? C’est la question que se pose Mitra, qui se retrouve de plus en plus dans son héroïne et dans les sacrifices qu’elle a fait au nom du succès. Elle finira par tomber lentement dans une crise personnelle qui affectera la sortie de son film.

Visions oniriques, images d’archives, reconstitutions des moments les plus frappants de l’histoire d’Egypte (la révolution, les protestations féministes, la fin de la monarchie) se mêlent et se confondent aux tourments de Mitra et à son travail sur le plateau, dans une toile complexe de références où les moments musicaux se distinguent, notamment les deux concerts de la chanteuse en hommage au Roi Farouk et au Président Nasser devant ses fans qui l’admirent et chantent avec elle. Une immersion dans l’Egypte des années 1950-1960 et de ses coutumes, à une époque où le Moyen-Orient montrait son côté le plus ouvert et le plus cosmopolite. Le film est surtout un portrait subtil de la personne derrière l’icône, celui d’une légende qui était avant tout une femme, le miroir de nombreuses femmes arabes qui luttent pour pouvoir s’affirmer.

Looking for Oum Kulthum est une production entre l’Allemagne (Razor Film Produktion), l’Autriche (Coop99 Filmproduktion), l’Italie (In Between Art Film, Vivo Film), le Liban et le Qatar. Les ventes internationales sont assurées par la compagnie allemande The Match Factory.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.