email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VARSOVIE 2017 Compétition

The Anniversary : une typologie de la société roumaine

par 

- Ce drame familial de Dan Chişu, au programme à Varsovie, aborde la relation ambiguë des Roumains avec leur passé

The Anniversary : une typologie de la société roumaine

Un grand appartement au centre de Bucarest et une grande famille réunie pour fêter l’anniversaire de son frêle patriarche de 94 ans : tout pourrait arriver dans le drame très emberlificoté The Anniversary [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Dan Chişu, en compétition internationale au Festival de Varsovie (13-22 octobre). Ce qui ressort d’autant de relations agitées et de réactions effervescentes, c’est le fait que la société roumaine continue de se débattre (sans grand succès) pour se rédimer de son passé communiste, ou du moins de l’oublier, aidée par la mort et le vieil âge.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le scénario de Chişu donne d’emblée le ton de ce drame d’appartement : plusieurs personnes se démènent frénétiquement pour nettoyer et décorer un grand appartement un peu vieillot. Une table immense est installée et on apprend sans tarder que le patriarche Radu Maligan (incarné par feu Mircea Albulescu) va avoir 94 ans, et que sa très vaste famille se réunit pour lui organiser un déjeuner de fête. Les Maligan ne sont pas une famille heureuse : leurs querelles et remarques désobligeantes gâchent l’ambiance festive. Les choses ne s’arrangent pas quand les invités, d’anciens collègues du patriarche, débarquent à la fête d’anniversaire comme une ménagerie de bêtes toutes griffes et crocs dehors.

Il est difficile de parler de The Anniversary sans mentionner l’éléphant dans la pièce : le film fait l’effet d’être une version moins ambitieuse et plus maladroite du superbe Sieranevada [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Cristi Puiu
fiche film
]
de Cristi Puiu – quoique là où Puiu explorait avec talent la complexité des relations de famille, Chişu semble s’intéresser davantage à l’établissement d’une typologie des problèmes qui touchent actuellement la société roumaine, et à sa relation avec un passé douloureux qui lui colle aux basques. Les personnages semblent avoir été conçus un à un pour couvrir autant de terrain social que possible, du politicien corrompus et abusif et de l’ancien agent de la Securitate à la mère de famille travailleuse et frustrée, en passant par la belle et ambitieuse jeune mondaine.

Hélas, les similarités du film avec Sieranevada sont accentuées par la mauvaise santé du patriarche et le mauvais usage que fait le scénario de ce personnage, dans le sens où il fait figure de menace silencieuse, d’accessoire presque, alors même qu’il est au centre de toutes les conversations, de sorte que cette fête d'anniversaire à laquelle on assiste pourrait tout aussi bien être un enterrement. Les sujets de la foi et des drogues sont une autre chose qu’ont en commun ces deux films qui ont été écrits et tournés presque en même temps. 

Dans ses moments les plus sensibles et ambitieux, The Anniversary étudie la manière dont le passé continue, inexorablement, d’affecter le présent, dont il demeure, toujours, quoiqu’on fasse, des vieux squelettes putrides dans les placards aux pulsions inconscientes de l’esprit, qui ne sont jamais comprises comme telles alors qu’elles sont la source de tant de réactions. Quand il n’explore pas ce combat contre le temps (les personnages ont perdu leur pouvoir, leur santé, l’amour), le film s’aventure de manière peu convaincante sur le terrain comique. La distribution du film (qui réunit des acteurs parmi les plus respectés ou les plus populaires du cinéma roumain) pourrait aider The Anniversary au box-office national, mais ça reste un film mineur dans le contexte d’une industrie qui ne cesse de se réinventer.

The Anniversary a été produit par la société de Chişu, Dakino Productions, en coproduction avec 4 Proof Film et Watch Me Productions. Après son avant-première mondiale en juin, au Festival international du film de Transylvanie, et son avant-première internationale à Varsovie, le film sortira sur les écrans roumains le 10 novembre, avec Dakino.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.