email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDIECORK 2017

The Legend of Harry and Ambrose : l'aventure picaresque de deux tuniques rouges

par 

- Ce film irlandais réalisé par le collectif des Crooked Gentlemen est une affabulation farfelue qui se passe en Irlande à l'époque de l'Empire colonial britannique

The Legend of Harry and Ambrose : l'aventure picaresque de deux tuniques rouges

The Legend of Harry and Ambrose est le dernier film irlandais à avoir fait son avant-première mondiale pendant la cinquième édition du Festival IndieCork. À l'écriture et à la réalisation de cette comédie : le trio The Crooked Gentlemen, composé de Johnny ElliottShaun Ryan et Jeff Doyle. Johnny Elliott et Mick Hannigan, le directeur du festival, ont présenté le film eux-mêmes lors de la première séance, au cinéma Gate, le 14 octobre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce long-métrage de 85 minutes se déroule en Irlande au XVIIIe siècle, et s'intéresse à la relation étrange qu'entretiennent Harry (Elliott) et Ambrose (Doyle), deux tuniques rouges. Harry et Ambrose sont éperdument amoureux, mais leur romance se trouve contrainte par leurs fonctions... et un enlèvement extraterrestre.

Le film débute par une partie de cache-cache quelque peu grotesque entre les deux personnages au milieu des champs, le tout au ralenti – une succession de scènes surréalistes néanmoins nécessaires à la présentation en bonne et due forme de Harry et Ambrose, connus pour leur loyauté sans faille pour la Couronne Britannique ainsi que pour leur aversion envers les Irlandais, qu'ils raillent en permanence et qualifient de "sauvages". Le prologue est cocasse et résume bien le style comique des auteurs.

Les Crooked Gentlemen n'hésitent pas à accumuler les stéréotypes sur les colons britanniques ainsi que sur les Irlandais sous domination. Et le risque paie : tous les clichés sont bon enfant, reproduits sans filtre sur un ton folâtre et impertinent. La propension exagérée des figurants à boire de la stout, danser, chanter sur des musiques traditionnelles et à jouer au football gaélique en est bien la preuve. On note les prestations spectaculaires de  Cora Fenton dans le rôle de Roisin, la mère étourdie, de Stephen Clinch dans celui de Paddy McPaddyman, le père, et de John Connors dans la peau du villageois homosexuel.

Le principal objectif de l’œuvre consiste à ridiculiser le modèle classique hollywoodien du drame historique épique, qui tend à glorifier l'héroïsme des colons tout en réduisant les victimes à des peuples ethniques insignifiants mais reconnaissants. The Legend of Harry and Ambrose rompt la monotonie à coups de gags percutants et de blagues distrayantes. Les auteurs se sont inspirés d'un large éventail de genres filmiques et télévisés populaire, du feuilleton à la comédie loufoque en passant pas le cartoon, la comédie musicale façon Broadway ou encore les films érotiques et de science-fiction. De plus, le film est agrémenté de sous-entendus politiques, le tout sur le ton d’un humour satirique corrosif.

Cependant, le caractère sexuellement explicite d'une scène en particulier, au début, dans laquelle apparaissent Harry et l'extraterrestre (incarné par Jed Murray), est de trop et n’améliore en rien le potentiel comique du long-métrage, dont l’humour spirituel aurait bénéficié de plus de subtilité.

Le tournage du film a eu lieu dans les environs du Comté de Wicklow et de Dublin. Il n'a duré que 12 jours, affirme Elliott, sans compter les prises supplémentaires en hiver.

The Legend of Harry and Ambros est distribué par la société de production indépendante The Crooked Gentlemen Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Romain Colasseau)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy