email print share on facebook share on twitter share on google+

PRODUCTION République tchèque

Robert Sedláček raconte à son tour la vie du martyr tchèque Jan Palach

par 

- L’histoire de Jan Palach va de nouveau faire l’objet d’un film, cette fois concentré sur les derniers mois de la vie du martyr tchèque

Robert Sedláček raconte à son tour la vie du martyr tchèque Jan Palach
Viktor Zavadil dans le rôle de Jan Palach (© Cineart TV Prague)

L’histoire du martyr tchèque le plus célèbre, Jan Palach, va de nouveau faire l’objet d’un traitement sur grand écran. Après l’énorme succès de la mini-série HBO Burning Bush [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, d’Agnieszka Holland, ensuite remontée pour le grand écran, Robert Sedláček (Long Live the Family) a été chargée de faire un film biographique sur le même personnage, un long-métrage qui portera son nom. Cependant, alors qu’Holland racontait les événements qui ont suivi l’immolation par le feu de Palach, Sedláček s’intéresse aux mois qui ont précédé l’acte désespéré du jeune homme contre l’invasion soviétique de 1968. “Je veux raconter la tragique histoire de Jan Palach, qui n’est pas celle d’un combat puéril et naïf contre le totalitarisme, mais plutôt un exemple extrême de ce que peut être amenée à faire une âme sensible du fait de ce genre de conformisme qui est capable de suivre toutes les directions et d’une adaptabilité portée jusqu’au point de rupture”, explique le réalisateur en dévoilant ses raisons pour revenir de nouveau sur l’histoire du martyr, rapportée par Eva Kantůrková, porte-parole de la Charte 77 dans les années 1980 et écrivaine.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

“Ce matin, Jan Palach a parlé à sa mère, mangé un casse-croûte pris chez elle, blagué avec un camarade de dortoir et pris une douche avant d’aller en ville. La caméra observe le visage de Jan pendant tout le film, pour saisir les moments où il prend des décisions, moments que ceux fréquentaient Jan en 1968 n’ont pas remarqués – ou peut-être que si, mais peut-être qu’ils ne pouvaient pas imaginer ce que cela signifiait pour lui et à quels actes cela allait conduire”, dit la synopsis du film, qui donne une idée du style adopté pour ce projet par Robert Sedláček, documentariste avant de devenir auteur de fictions. Le rôle du héros a été confié au jeune comédien de théâtre Viktor Zavadil, celui de sa mère à l’actrice aguerrie Zuzana Bydžovská. Le tournage a commencé à Prague au mois d’août et va se poursuivre en novembre et décembre. L’équipe décors a travaillé dur pour invoquer l’année 1968, notamment l’invasion soviétique.

Jan Palach [+lire aussi :
critique
fiche film
]
est produit par Cineart TV Prague, en coproduction avec la Télévision tchèque, Up&Up Production, la société slovaque ARINA et la Radio-télévision slovaque. Le budget du film est estimé à 1,74 million d’euros. Sa sortie nationale va coïncider avec le 50e anniversaire de l’occupation soviétique de la Tchécoslovaquie, le 21 août 2018.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.