email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2018 Berlinale Special Gala

Critique : Becoming Astrid

par 

- BERLIN 2018 : Pernille Fischer Christensen dédie un film plein de vie, totalement adorable, à un moment fondateur de la vie d'Astrid Lindgren, la maman de Fifi Brindacier

Critique : Becoming Astrid
Alba August et Marius Damslev dans Becoming Astrid

Les premiers mots qu’on entend sont ceux d’un enfant. Une très vieille dame qu’on voit de dos, à son bureau face à la fenêtre, ouvre une par une les lettres que ses tout jeunes lecteurs lui envoient par sacs entiers. Elle est toute mince, avec des cheveux courts. "Astrid, comment fais-tu pour écrire si bien sur ce que c’est d’être un enfant, quand tu n’en as pas été un depuis si longtemps ?". Ainsi commence Becoming Astrid [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Alba August
interview : Pernille Fischer Christensen
fiche film
]
, l’exquis portrait que dédie Pernille Fischer Christensen à l’écrivain pour enfants suédoise Astrid Lindgren et qui a été présenté à la Berlinale en séance de gala, cent ans et trois mois après la naissance de la créatrice de Fifi Brindacier ou encore Zozo la tornade. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Avec des extraits d’adorables messages à Astrid comme jalons réguliers (qui témoignent de la compréhension intime qu’elle a du très complexe monde de l’enfance et de la manière dont ses histoires ont accompagné comme des amies des millions de petits lecteurs), le film remonte ensuite le temps jusqu’à la fin des années 1920 pour évoquer un moment précis dans la vie de Lindgren, alors encore Astrid Ericsson : le moment déterminant où elle est entrée d'un coup dans le métier de l'écriture et dans l’âge adulte et où son enfance, un moment exilée, lui est revenue ensuite pour ne plus jamais la quitter... 

Avec le regard tendre qu'on lui connaît, la réalisatrice danoise nous présente la famille nombreuse, présidée par une maman très catholique mais aimante et par un gentil papa, qui a laissé sa fille de seize ans aller exercer comme assistance d'un journaliste ses talents de narratrice débordante de vie et d'imagination et de ravissantes idées saugrenues, puis quitter sa riante province, enceinte et célibataire, pour aller étudier à Stockholm. Elle nous fait entrer dans un univers charmant plein de rires d'enfants et de soleil, de jeux dans la neige et d'indépendance féminine, car Astrid a une énergie et un un sens de la liberté inné, contagieux, qui s'entend dans chacune de ses réparties et se trouve avant tout dans le regard qu'elle pose sur tout, et va lui permettre de surmonter l'épreuve de ces années-là, car il en faut du courage et de la vie, à cette époque, pour faire les choses "à sa manière à soi" quand on est une aussi jeune femme. L'ensemble est un vrai bonheur, et la jeune actrice qui incarne l'écrivaine, Alba August (fille de Bille et Shooting Star 2018 à Berlin), est une joie à regarder évoluer, bien secondée par une troupe qui comprend aussi l'excellente Trine Dyrholm

On aura deviné que le film se passe des explications finales façon Wikipédia qui s'inscrivent immanquablement sur l'écran à la fin des innombrables biopics ratés qui ne se suffisent pas à eux-mêmes. On croise, à la fin, un type dont on imagine qu'il s'appelle Lindgren (ce que le film confirme subrepticement sans accorder à cette information plus d'importance qu'elle n'en a pas rapport à l'histoire qui vient de nous être racontée), mais l'image sur laquelle Becoming Astrid nous laisse est celle, bien plus émouvante, de cette nonagénaire qui ouvre une par une chaque lettre et regarde chaque dessin de toutes les couleurs, à la lumière de la fenêtre devant son bureau.

Becoming Astrid a été produit par Avanti Film et Nordisk Film Production Sverige en coproduction avec Film i Väst et TV4 ainsi que DCM Pictures (Allemagne) et Nordisk Film Production (Danemark). Les ventes internationales du film sont assurées par TrustNordisk.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy